•  

    Trois jours après la prise de la Bastille, le roi, cédant à la pression de Bailly, décida de se rendre à Paris pour saluer la municipalité nouvelle. Précédé de Lafayette, tout fringant sur son cheval blanc, le carrosse attelé de huit chevaux arriva place de Grève devant le perron de l'hôtel de ville. La façade était ornée de drapeaux inconnus où se mariaient trois couleurs : le blanc, symbole de la monarchie, encadré par le bleu et le rouge, couleur de la capitale.

    Le roi mit pied à terre, étonné de cette floraison inattendue. Il le fut plus encore lorsque Bailly, alors maire de Paris, l'accueillit en lui tendant une cocarde aux trois couleurs.

       

    • Votre Majesté veut-elle bien accepter le signe distinctif des français?

       

       

    • Sa Majesté accepta : elle pouvait difficilement agir autrement… Le descendant du Roi-Soleil accrocha donc la cocarde au revers de son chapeau. Les trois couleur étaient devenues un emblème national. Le 4 Juillet 1792, un décret rendit obligatoire le port de la cocarde tricolore.

       

       

    •  

     

     


    votre commentaire
  • CHRONOLOGIE DE LA REVOLUTION FRANCAISE
    1789 1790 1791 1792 1793-An II 1794-An III 1795-An IV 1796-An V 1797-An VI 1798-An VII 1799-An VIII

    1789

    24 janvier 1789

    Lettres du roi, convoquant ses sujets pours les élections aux états généraux et établissant le réglement électoral. Le vote a lieu par ordre, avec doubement des élus du tiers état, et s'étale de mars au 20 mai (àParis)

    27 janvier 1789

    Affrontements à Rebbes entre nobles et étudiants

    27 avril 1789

    Emeute à Paris, au faubourg Saint-Antoine, contre le fabricant de papier peints Réveillon.

    30 avril 1789

    Emeute à Marseille, où la foule s'empare de trois forts et tue l'un de leurs commandants, le chavalier de Beausset.

    Première réunion à Versailles du "Club breton" réunissant les députés du tiers état de bretagne.

    2 mai 1789

    Louis XVI reçoit à Versailles les représentants de la nation, les députés des trois ordres (le nombre ne peut être fixé avec certitude : entre 1118 et 1196)

    4 mai 1789

    Procession d'ouverture des Etat généraux. Les trois ordres défilent en suivant un protocole : Les députés du clergé en habit de cérémonie; La noblesse en costume de soie épée et chapeau; et le Tiers état en habit noire

    Languedoc manifestations réclamant la taxation du prix du pain.

    5 mai 1789

    Ouverture des état généraux salle des Menus-Plaisir. histoire

    6 mai 1789

    Brissot* publie le premier numéro du Patriote français*. Un arrêt du Conseil d’état interdit la publication toute espèce de journaux sans autorisation expresse.

    Versailles. Les députés du Tiers se réunissent dans la salle des États, tendis que le clergé et la noblesse décident de verifier séparément leurs pouvoirs respectifs.

    7 mai 1789

    Saisie du journal* de Mirabeau*. Interdiction de publier des comptes rendus des séances des états.

    8 mai 1789

    L’assemblée des électeurs du Tiers état de la ville de Paris proteste contre l’arrêt du Conseil d’état, qui viole la liberté de la presse réclamée par la France entière .

    9 mai 1789

    Paris. Mort de Jean Baptiste Vaquette de Gribeauval*, commandant de l'artillerie royale

    10 mai 1789

    Mirabeau* publie la première des Lettres à mes commettants.

    11 mai 1789

    Le clergé propose aux deux autres ordres de nommer des commissaires conciliateurs.

    12 mai 1789

    Les élections commencent à Paris. Premier député élu par le Tiers état : Bailly*, par 173 voix sur 317 votants.

    18 mai 1789

    Débuts de Robespierre* à la tribune parlementaire.

    19 mai 1789

    Les journaux sont autorisés à rendre compte des séances des état, mais sans réflexions ni commentaires.

    L’abbé Sieyès* est élu vingtième député du Tiers état de Paris, par 127 voix sur 247 votants.

    20-22 mai 1789

    Le clergé et la noblesse abandonnent leurs privilèges fiscaux et acceptent l'égalité devant l'impôt.

    23 mai 1789

    Commencement des conférences des commissaires conciliateurs.

    25 mai 1789

    La députation du Tiers état, de la ville de Paris arrivent aux état généraux.

    27 mai 1789

    Le Tiers état adjure le clergé de se réunir à lui dans la salle commune.

    3 juin 1789

    Bailly* est élu doyen des Communes en remplacement de d'Ailly, élu le 1er juin. histoire

    4 juin 1789

    Échec des conférences des commissaires conciliateurs.

    Mort du Dauphin* Louis Joseph Xavier fils ainé de Louis XVI âgé de 7 ans

    6 juin 1789

    L’archevêque d’Aix se présente à l’assemblée du Tiers pour l’inviter à conférer avec le clergé et la noblesse sur les moyens d’adoucir le sort des indigents.

    Paris. lors de l'Assemblé des électeurs, Nicolas de Bonneville* intervient pour exiger l'armement de la capitale.

    8 juin 1789

    Meudon. Une délégation de chaque ordre vient s'incliner devant la dépouille mortelle du Dauphin*.

    10 juin 1789

    Sieyès* propose d’appeler une dernière fois les deux premiers ordres et de commencer la vérification des pouvoirs, même en leur absence.

    12 juin 1789

    Vérification de tous les pouvoirs des députés par le tiers état

    13 juin 1789

    les trois premiers curés ( Le Cesve, Ballard et Jallet) viennent se réunir au Tiers.

    14 juin 1789

    L'abbé Grégoire* vient siéger avec le Tiers.

    17 juin 1789

    Déclaration du Tiers sur la constitution de l'Assemblée constituante. TEXTE

    18 juin 1789

    Pays-Bas autrichien. L'empereur Joseph II* fait occuper Bruxelles par ses troupes. histoire

    19 juin 1789

    Paris le député de Bigorre, bertrand Barère de Vieuzac*, publie le premier numéro de son journal, le point du jour.

    20 juin 1789

    Fermeture des portes de la salle des séances de l'Assemblée nationale. Réunion et serment du jeu de paume TEXTE

    21 juin 1789

    Louis XVI* reçoit une députation de la noblesse.

    22 juin 1789

    Louis XVI* signe l'ordre de marche appelant à Paris le régiment suisse en garnissons.

    Les députés Tiers s'assemblent dans l'église Saint-Louis de Versailles. Cent cinquante membres du clergé et deux de la noblesse se réunissent aux Communes.

    Armentière. Une émeute de la fain provoque l'intervention du régiment de Condé

    23 juin 1789

    Louis XVI* tient séance royale à l'Assemblée nationale. TEXTE

    Apostrophe de Mirabeau* au marquis de Dreux-Brezé, grand maître des cérémonies.

    L'Assemblée nationale déclare inviolable la personne de ses membres.

    25 juin 1789

    Quarante-sept membres de l'ordre de la noblesse viennent se réunir au Tiers.

    Création à Paris de la milice bourgeoise.

    26 juin 1789

    Le roi fait appeler à Paris, trois régiments d'infanterie, et trois régiments de Cavalerie. stationnés dans l'Est

    27 juin 1789

    Le roi accepte la réunion général et totale des trois ordres. histoire

    30 juin 1789

    Le peuple envahit la prison de l'Abbaye* et délivre les gardes-françaises détenus pour insubordination. histoire

    1 juillet 1789

    Le roi appelle à Paris le régiment suisse en garnison à Metz.

    du 1 au 5 juillet violentes émeutes de l'octroi à Lyon

    3 juillet 1789

    Le duc Philippe d'Orléans*, proclamé président de l'Assemblée nationale, se désiste; l'archevêque de Vienne, Mgr Lefranc de Pompignan*, est élu à sa place.

    4 juillet 1789

    Le maréchal de Broglie* reçoit le commandement en chef des troupes réunies autour de Paris et de Versailles; le baron de Besenval*, commandant général des troupes suisses, lui est adjoint.

    6  juillet 1789

    L'assemblée nationale crée un comité de constitution de 30 membres.

    8 juillet 1789

    Mirabeau* dénonce à la tribune de l'Assemblée nationale les préparatifs de la Cours.(projet de Contre-Révolution)

    9 juillet 1789

    L'Assemblée nationale prend le non d"Assemblée nationale constituante"

    10 juillet 1789

    Émeute des ouvriers aux ateliers de Montmartre.

    Refus du roi de renvoyer les troupes qui affuent à Paris et dans les environs.

    11 juillet 1789

    Necker* est renvoyé. histoire

    12 juillet 1789

    A Paris, manifestation en l'honneur de Necker*; fermeture de la bourse; au palais-Royal, Camille Desmoulins* appel aux armes; charge du prince de Lambesc* aux Tuileries; incendie des barrières; pillages nocturnes.

    13 juillet 1789

    l'Assemblée envoie une députation au roi pour lui demander de renvoyer les troupes et de confier la garde de la capitale à la milice bourgeoise. Elle arrête également que si le roi agrée sa requête quatre-vingts de ses membres iront porter à Paris cette nouvelle consolante. RÉPONSE

    14 juillet 1789

    Distribution des armes à la population parisienne sur l'esplanade des Invalides; attaque et  prise de la Bastille*; massacre de son gouverneur*; meurtre du prévôt des marchands Flesselles*.

    15 juillet 1789

    Bailly* est proclamé maire de Paris, La Fayette* devient commandant de la garde nationale; le peuple commence à démolir la Bastille. histoire

    A Rennes la foules s'empare de l'arsenal; les soldats refusent de tirer sur le peuple.

    A Dijon, pillage des magasins d'armes.

    16 juillet 1789

    Le roi ordonne le renvoi des troupes rassemblées autour de Paris et rappelle Necker*.

    A Saint-Germain-en-Laye, massacre du meunier Sauvage.

    17 juillet 1789

    A l'aube, le comte d'Artois* quitte précipitamment Versailles; le signal de l'émigration est donné.

    A dix heures du matin, Louis XVI*, accompagné de cent membres de l'Assemblée nationale, se rend à Paris, recevoir l'hommage de ses sujets; il reparaît à Versailles vers onze heures du soir.

    A Lyon, pillage des magasins d'armes.

    19 juillet 1789

    Explosion du château de Quincey en Franche-Comté.

    21 juillet 1789

    Sac de la Maison commune à Strasbourg.

    20 juillet 1789

    Scénes de panique à Nantes.

    22 juillet 1789

    Meurtre de l'intendant de Paris, Berthier* et de son beau-père, le conseiller d'état Foulon*, éphémère successeur de Necker* après le renvoi de celui-ci. histoire

    23 juillet 1789

    Les soixante districts parisiens sont invités à choisir chacun deux commissaire pour former l'administration municipale de Paris

    Au Mans, le lieutenant de maire a la tête coupée.

    27 juillet 1789

    Les ouvriers de Montmartre se répandent armés dans la plaine de Saint-Denis, détruisant les  blés.

    29 juillet 1789

    L'1ssemblée nationale se donne un règlement.

    3 août 1789

    A Saint-Denis, massacre du lieutenant de maire

    A Rouen, le peuple est incité à piller les demeures des riche par Bordier et Jourdan*, qui seront arrêtés le 5 et Pendus le 29

    4 août 1789

    Séance nocturne de l'Assemblée nationale qui abolit le régime féodal. histoire

    9 août 1789

    Emission du premier emprunt de trente millions lancé par Neker*.

    10 août 1789

    Institution, pour les officiers et les soldats, du serment d'être fidèles à la nation, au roi et à la  loi.

    12 août 1789

    Émeute à Caen; le vicomte de Belzunce, major en second du régiment Bourbon-infanterie, en garnison dans cette ville, est massacré par le peuple qui déchire son cadavre.

    13 août 1789

    L'Assemblée nationale se rend en corps, chez le roi pour l'informer que le titre de restaurateur de la liberté française lui a été décerné dans la séance du 4 août.

    18 août 1789

    La Révolution gagne l'Europe : lr price-évêque de Liège est chassé par la population.

    21 août 1789

    Discussion des articles de la Déclaration des droits de l'homme

    Le Comité de police de la municipalité parisienne interdit tous rassemblements sur la voie publique, quels qu'ils soient TEXTE

    23 août 1789

    L'Assemblée nationale décrète qu'aucun citoyen ne peut être inquiété à raison de ses opinions.

    24 août 1789

    La liberté de la presse est décrétée.

    26 août 1789

    Fin des débats sur la Déclaration des droits de l'homme. déclaration

    27 août 1789

    L'emprunt de trente millions n'ayant pas donné de résultats satisfaisant, l'Assemblée nationale  le déclare fermé et en décrète un autre, de quatre-vingts millions.

    28 août 1789

    La question du veto royal est mise à l'ordre du jours. histoire

    29 août 1789

    L'Assemblée nationale décrète la libre circulation des grains à l'intérieur du royaume et en  interdit l'exportation (application de cette mesure ajournée au 18 Septembre)

    30 août 1789

    Mouvement du Palais-Royal contre les traîtres qui  veulent le veto.

    31 août 1789

    La Municipalité de Paris ordonne la fermeture des ateliers de la charité Palais-Royal

    Dans le courant de la nuit, une foule d'environ quinze cents personnes, partie du Palais-Royal, marche sur Versailles dans le but de ramener le roi à Paris et de conduire la reine au couvent de Saint-Cyr; la garde nationale de Saint-Cloud, en occupant le pont de Sèvres,  l'empêchement de passer et rassemblement se disperse.

    1 septembre 1789

    Discours de Mirabeau* en faveur du veto.

    2 septembre 1789

    Barnave* se prononce en faveur du veto suspensif.

    4 septembre 1789

    Discours de Mounier* sur la nécessité de la sanction royale.

    7 septembre 1789

    Les femmes des artistes viennent offrir leurs bijoux à l'Assemblée nationale.

    9 septembre 1789

    A Troyes, le maire est massacré.

    10 septembre 1789

    L'Assemblée nationale rejette l'institution d'une 2ème chambre à une écrasante majorité. Certains des aristocrates jouent déjà la politique du pire en votant contre ce projet.

    11 septembre 1789

    Le veto suspensif est voté par 673 voix contre 325.

    12 septembre 1789

    Marat* commence son journal*. l'Ami du peuple

    13 septembre 1789

    Émeute de dix mille ouvriers chômeurs à Orléans: quatre-vingts tués. histoire

    18 septembre 1789

    Le roi refuse de sanctionner les décrets du 5 au 11 août, pour des raisons juridiques

    19 septembre 1789

    Les district de Paris élisent une nouvelle municipalité composée de trois cents membres.

    20 septembre 1789

    Robespierre publie un discours non prononcé contre le véto royal.

    22 septembre 1789

    L'Assemblée nationale vote l'article 1er de la Constitution : le gouvernement français est monarchique.

    Attroupement des farçons bouchers à Paris pour réclamer travail et meilleurs salaires.

    23 septembre 1789

    Le régiment de Flandre (1.100 hommes) arrive à Versailles

    24 septembre 1789

    Necker* demande et obtient le vote de l'impôt du quart sur le revenu.

    25 septembre 1789

    L'Assemblée nationale décrète que les rôles des impositions pour 1789 et les années antérieures arriérées doivent être acquittés en entier.

    29 septembre 1789

    Thouret* présente un rapport sur la nouvelle division territoriale du royaume

    30 septembre 1789

    Bénédiction des drapeaux offerts par Marie-Antoinette* à la garde nationale de Versailles.

    1 octobre 1789

    Banquet offert à Versailles par les gardes du corps aux officiers du régiment de Flandre, en présence de la famille royale. histoire

    2 octobre 1789

    Présentation au roi de la Déclaration des droits de l'homme.

    3-4 octobre 1789

    Agitation à Paris, la foule, au Palais-Royal, réclame une marche sur Versailles.

    5 octobre 1789

    Les femmes de Paris marchent sur Versailles. histoire

    6 octobre 1789

    Le roi et la famille royale sont amenés à Paris. histoire

    10 octobre 1789

    Le docteur Guillotin* propose à l'Assemblée nationale un nouveau mode d'exécution capitale. histoire

    12 octobre 1789

    L'Assemblée nationale décrète son transfert de Versailles à Paris.

    13 octobre 1789

    Émeute à Alençon.

    15 octobre 1789

    Dernier séance de l'Assemblée nationale à Versailles. Elle décrète que le roi de France s'appellerait désormais roi des Français. histoire

    19 octobre 1789

    Première séance de l'Assemblée nationale à Paris dans une salle de l'Archevêché.

    21 octobre 1789

    Meurtre du boulanger François.

    Vote par l'Assemblée de la loi martiale. TEXTE

    22 octobre 1789

    Versailles l'Assemblée nationale reçoie une délégation de Noirs et mulâtres histoire

    24 octobre 1789

    La Révolution s'étant aux Pays-Bas autrichiens (Belgique) où l'empereur est déclaré déchu.

    28 octobre 1789

    Tous les voeux monastiques sont supprimés.

    29 octobre 1789

    L'Assemblée décide que, pour être éligible, il faut être contribuable pour un marc d'argent. histoire

    31 octobre 1789

    Emeutes à Ajaccio. Le lieutenant Napoléon Bonaparte* y est mêlé. Une garde nationale est organisée.

    2 novembre 1789

    Les bien du clergé sont déclarés appartenir à la nation. histoire

    3 novembre 1789

    L'Assemblée décrète que les parlements du royaume continueront de rester en vacances.

    6 novembre 1789

    Le Parlement de Rouen proteste contre le décret du 3 novembre.

    7 novembre 1789

    Un décret de l'Assemblée nationale interdit aux députés de devenir ministres.

    9 novembre 1789

    Première séances de l'Assemblée au Manège des Tuileries.

    12 novembre 1789

    L'Assemblée décrète qu'il y aura une municipalité dans chaque ville, bourg, paroisse ou  communauté de campagne histoire

    Le Parlement de Metz proteste contre le décret du 3.

    14 novembre 1789

    Necker* demande d'urgence 170 millions histoire

    19 novembre 1789

    Premier pacte fédératif : au petit bourg de l'Etoile, à deux lieues de Valence, les députés de vingt communes dauphinoises représentant 12.650 citoyens, "soldats de la Patrie, armés", se déclarent unis et s'engagent à se secourir mutuellement.

    21 novembre 1789

    Paris. Lavoisier* présente à l'Assemblée le bilan de la Caisse d'escompte qui accuse un passif de 27 510 000 livres. Six commissaires sont désignés pour établir un plan de redressement.

    23 novembre 1789

    Rennes. Devant le refus de l'impôt qui se généralise dans les campagnes, le Comité provisoire interdit les attroupements et prend sous sa protection les commis des fermes.

    24 novembre 1789

    Parution du Moniteur universel de Panckoucke, véritable journal officiel de la France jusqu'en 1869

    28 novembre 1789

    Parution du journal de Camille Desmoulins : les Révolutions de France et de Brabant

    29 novembre 1789

    A l'Etoile, près de Valence, a lieu la première fédération des gardes nationales de France, entre celles du Vivarais et du Dauphiné.

    30 novembre 1789

    Paris. Le député Salicetti* fait décréter la Corse partie intégrante de la France.

    1 décembre 1789

    Émeute à Toulon. Le comte d'Albert de Rioms, commandant de la marine, est malmené par le peuple et mis en prison. histoire

    2 décembre 1789

    La Commune de Dijon lance le projet d'un traité fédératif pour faire respecter les décrets de l'Assemblée et l'autorité du roi.

    5 décembre 1789

    Les bois de boulogne et de Vincennes sont dévastés par les paysans : 87 arrestations. histoire

    12 décembre 1789

    Marat, arrêté pour les appels à la violence qu'il publie, est relâché grâce à la protection de La Fayette.

    13 décembre 1789

    Troubles à Senlis : 24 tués, 30 blessés. histoire

    16 décembre 1789

    Décret prescrivant que les troupes françaises seront recrutées par engagement volontaire.

    19 décembre 1789

    Création des assignats*

    L'Assemblée ordonne la vente des bien domaniaux et ecclésiastiques jusqu'à la concurrence de 400 millions.

    22 décembre 1789

    Décret sur la division du royaume en département : "ses département seront de 75 à 85"

    24 décembre 1789

    Admission des protestants au droits de cité

    Arrestation du "marquis" de Favras*, ancien garde du corps du comte de Provence*, accusé d'avoir voulu faire évader le roi.

    26 décembre 1789

    Le comte de Provence* vient à la Commune se justifier de l'accusation de complicité avec Favras*

    Il est prescrit aux généraux de proclamer la souveraineté du peuple dans les pays occupés par l'armée


    votre commentaire
  • 4 janvier 1790

    Le roi est prié de fixer lui-même " la portion des revenus publics que la nation désire consacrer à l'entretien de sa maison".

    5 janvier 1790

    La municipalité de Bordeaux évoque une fête commémorative pour le 14 juillet.

    7 janvier 1790

    Émeute à Versailles. La municipalité est forcée par la foule à ordonner la baisse du prix du pain. histoire

    8 janvier 1790

    L'Assemblée nationale décide l'envoi des commissaires chargés d'installer les nouvelle autorités.

    15 janvier 1790

    l'Assemblée décrète la divition de la France, le nombre des départements est fixé à 83.

    19 janvier 1790

    Exécution de Favras* premier lieutenant des gardes Suisses

    La jeunesse bretonne fait à Pontivy le serment de " vivre libre ou mourir". histoire

    21 janvier 1790

    L'Assemblée nationale décrète l'égalité des peines.

    22 janvier 1790

    Suite à une tentative d'arrestation de Marat par les forces de police, Marat ayant attaqué vivement Necker, un combat de rue éclate entre habitants du district des Cordeliers et les force de l'ordre.

    24 janvier 1790

    Château saccagés dans la Corrèze.

    25 janvier 1790

    Paris. Robespierre* réclame la suppression du décret du "marc d'argent" histoire

    26 janvier 1790

    L'Assemblée décide qu'aucun de ses membres ne pourra recevoir nul emploi ni faveur à la Cour, même en donnant sa démission.

    28 janvier 1790

    Les Juifs du Sud-Ouest et d'Avignon obtiennent droit de cité.pas à ceux de l'Est, considérés comme peu assimilés.

    31 janvier 1790

    Réunion à Valence d'une Assemblée fédérative. La municipalité de Paris interdit les  mascarades.

    4 février 1790

    Le roi se rend à l'Assemblée pour déclarer que la reine et lui-même acceptent le nouvel ordre des choses sans arrière-pensée. L'Institution du serment civique devant être prêté par les députés.

    7 février 1790

    Émeute à Lyon pendant lesquelles le peuple s'empare des armes de l'arsenal et oblige les échevins Lyonnais à constituer vraiment la garde nationale.

    II L'Assemblée nationale publie une adresse aux Français " Vous possédez maintenant la liberté,  montrez-vous digne de la conserver".

    13 février 1790

    Un décret prohibe les veux monastiques. histoire

    16 février 1790

    Les catholiques d'Uzès demandent que le religion catholique soit déclarée religion d'Etat.

    19 février 1790

    Le marquis de Favras* est pendu. histoire

    20 février 1790

    Des pensions allant de 700 à 1.200 livres, suivant l'âge, sont créées pour les religieux.

    Mort de l'empereur Joseph II*, frère de Marie-Antoinette.

    21 février 1790

    Fédération de l'est français à Dôle

    22 février 1790

    Émeute à Châteauroux.

    23 février 1790

    Les curés sont tenus, par décret de l'Assemblée, de lire durant le prône (en chaire) les décrets, en les commentant s'ils le désirent.

    26 février 1790

    Décret relatif à la division de la France en 83 départements histoire

    28 février 1790

    Décret sur la nouvelle organisation de l'armée.(l'égalité de tous pour l'accession aux grades.)

    7 mars 1790

    Pacte fédératif des milices vosgiennes.

    8 mars 1790

    Les colonies sont déclarées partie de l'Empire français et autorisées à faire connaître leurs veux sur la constitution, la législation et l'administration qui leur conviennent. histoire

    9 mars 1790

    La fortune personnelle du roi est déclarée propriété nationale.

    15 mars 1790

    L'Assemblée nationale abolit toutes les distinctions honorifiques.

    Décret sur le rachat des droits féodaux TEXTE

    16 mars 1790

    Suppression des lettres de cachet.

    17 mars 1790

    l'Assemblée ordonne la vente des biens ecclésiastiques pour servir d'hypothèque et de remboursement aux assignats*

    18 mars 1790

    Les partisans de Vonck*, favorable à une révolution, sont défaits et obligés de s'exiler en france

    20 mars 1790

    Paris. Les Maires et officiers municipaux porteront désormais une marque distinctive sur leur habit. Un décret oblige à ceindre une écharpe aux trois couleurs de la nation, lorsqu'il seront en fonction.

    21 mars 1790

    Suppression de la gabelle* et autres droits relatifs à la vente du sel. histoire

    28 mars 1790

    L'Assemblée des habitants de Saint-Domingue déclare que le droit de statuer sur le régime intérieur de l'île appartient à elle seule exclusivement et qu'en ce qui concerne ses rapports avec la métropole, le nouveau contrat doit être formé d'après l'accord mutuel des parties contractantes.

    29 mars 1790

    Pie VI condamne la déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

    31 mars 1790

    Robespierre* est élu président du club des Jacobins pour le mois d'avril.

    1 avril 1790

    Publication du Livre rouge, où sont consignées les pensions accordée par le roi.

    3 avril 1790

    L'Assemblée décrète que le commerce avec l'Inde est libre pour tous les Français.

    5 avril 1790

    Émeute contre-révolutionnaire à Vannes.

    6 avril 1790

    Première journée de troubles à Nîmes.Début de lèagitation catholiques nimoise

    8 avril 1790

    Paysans mitraillés au village de Souvent près de Dôle: quatorze tués.

    9 avril 1790

    Les dettes du clergé sont déclarées dettes nationales.

    13 avril 1790

    L'Assemblée nationale tient à déclarer que son attachement au culte apostolique, catholique et romain "ne saurait être mis en doute"

    14 avril 1790

    La nation prend à sa charge les frais du culte catholique.

    18 au 20 avril 1790

    Manifestations de prêtres et de fidèles réclamant le maintien des ordres monastiques et du cathomicisme comme religion d'Etat.

    20 avril 1790

    L'agitation des catholiques recommence à Nîmes, où l'action des agents du comte d'artois s'intensifie.

    27 avril 1790

    La société des Amis des droits de l'homme et du citoyen prend le nom de club des Cordeliers, lieu où il s'installe.

    28 avril 1790

    Décret de l'Assemblée nationale réglementant la chasse.

    29 avril 1790

    Décret sur la libre circulation des grains.

    30 avril 1790

    Institution des jurés.

    1 mai 1790

    Des bagarres éclatent à Nîmes et les cris de "Vive le roi, vive la croix, vive la nation" fusent du côté catholique.

    3 mai 1790

    Décret, complétant celui du 15 mars, sur le mode et le taux du rachat des droits seigneuriaux. TEXTE

    5 mai 1790

    L'Assemblée décrète que les juges seront élus par le peuple.

    8 mai 1790

    Décret établissant l'unité des poids et mesures.

    9 mai 1790

    L'Assemblée déclare que les domaines de la Couronne peuvent être vendus.

    10 mai 1790

    Massacres à Montauban. histoire

    12 mai 1790

    Fondation de la Société de 1789 avec La Fayette*, Talleyrand*, Sieyès*, Bailly*. Elle tient ses réunions au Palais-Royal.

    14 mai 1790

    Réglementation de la vente des biens nationaux.

    18 mai 1790

    Reparution de l'Ami du peuple de Marat, porte-parole du peuple et informateur de celui-ci.

    21 mai 1790

    Loi organique sur les municipalités.Décret qui établit enfin la municipalité de Paris sur des principes indentiques à la loi municipale les 60 districts sont remplacés par 48 sections, circonscritions administratives.

    22 mai 1790

    L'Assemblée déclare que " le droit de la paix et de la guerre appartient à la nation".

    28 mai 1790

    Le port de la Cocarde* tricolore est rendu obligatoire pour les officiers. Défense est faite d'arborer la cocarde blanche.

    30 mai 1790

    Décret sur l'extinction de la mendicité. Ouverture à Paris de nouveaux ateliers de secours.

    Fête de la Fédération à Lyon histoire

    1 juin 1790

    Parution de l'Ami du roi de l'abbé Royou pour soutenir une monarchie forte.

    2 juin 1790

    Un décret ordonne des poursuites contre les individus qui soulèvent le peuple et donne leur caractéristique. TEXTE

    3 juin 1790

    Les mulâtres s'insurgent à la Martinique.

    5 juin 1790

    Parution du Journal de la Société de 1789, de Condorcet*

    Le traitement des ministres est porté à 100.000 livres, celui du ministre des Affaires étrangères à 180.000.

    6 juin 1790

    Fête de la Fédération à Lille.

    9 juin 1790

    Les dépenses de la Maison du roi qui s'élevaient à 31 millions sont réduites à 25 millions. Sur la demande expresse de Louis XVI*, le douaire de Marie-Antoinette* est fixé à 4 millions.

    L'Assemblé concrétise le mouvement spontané de fédération en décident qu'il y aurait une fédération patriotique à Paris le 14 juillet 1790.

    La guerre civile éclate à la Martinique histoire

    10 juin 1790

    Toujours des troubles à Nîmes.

    11 juin 1790

    Les Avignonnais du pape* proclament leur volonté d'être rattachés à la France. histoire

    12 juin 1790

    Le Service dans la garde nationale est rendu obligatoire pour l'exercice des droits de citoyen actif.

    13 juin 1790

    Fête de la Fédération à Strasbourg.

    14-15 juin 1790

    Les tensions nimoises aboutissement à la Bagarre de Nîmes où les protestants, soutenus par des renforts cévenols, s'opposent dans des combats de rue sanglants, aux catholique animés par la Contre-Révolution. Le bilan dépasse les 300 morts.

    16 juin 1790

    Fête de la Fédération à Besançon.

    19 juin 1790

    Un décret de l'Assemblée nationale abolit la noblesse héréditaire, les titres de prince, duc, comte, marquis et autre semblables; aucun citoyen ne pourra prendre que le vrai nom de sa famille. Personne ne pourra faire porter des livrées à ses serviteurs, ni avoir des armoiries. histoire

    21-26 juin 1790

    Le pape Pie VI* ayant refusé de céder à ses sujets, Avignon renouvelle sa demande de réunion à la France. L'Assemblé, en pleine délibération sur la Constitution civile du clergé, réserve sa réponse.

    27 juin 1790

    Décret portant règlement de l'organisation municipale de Paris.

    Composition : Un maire, seize administrateur, trente-deux membres du Conseil, quatre-vingt-seize notable, un procureur de la Commune, deux substituts.

     Montmartre est incorporé à la commune de Paris.

    29 juin 1790

    Fête de la Fédération à Rouen. Boisgelin*, évêque d'Aix, reconnait au pape, en bon gallican, une primauté, mais pas d'avantage.

    30 juin 1790

    Un décret prescrit la nomination immédiate des directoires de département et de district.

    1 juillet 1790

    Brest. Un vaisseau de Guerre est lancé histoire

    3 juillet 1790

    Entrevue secrète de Mirabeau* et de la reine*.

    4 juillet 1790

    Décret sur l'organisation des forces navales du royaume.

    9 juillet 1790

    Décret réglementant l'aliénation des biens nationaux.

    12 juillet 1790

    La Constitution civile du clergé est décrétée. Curés évêques seront désormais élus

    14 juillet 1790

    Fête de la Fédération nationale SERMENTS PRONONCES

    22 juillet 1790

    Le roi, sur les conseils des prélats, accepte la Constitution civile du clergé, mais demande un délai avant de la promulguer.

    23 juillet 1790

    le roi reçoit des brefs du pape, daté du 10 juillet, qui condamnent cette Constitution.

    24 juillet 1790

    L'Assemblée fixe les traitements du clergé.

    26 juillet 1790

    A Lyon, la contre-révolution s'organise histoir

    L'Assemblée réduie le pacte de famille avec l'Espagne

    27 juillet 1790

    Traité de Reichenbach entre la Prusse et l'empereur d'Autriche, laissant à ce dernier le champ libre pour réprimer le soulèvement belge. La Révolution commence à inquiéter les souverains européens.

    28 juillet 1790

    Refus de l'Assemblée de laisser passer par le territoire français des troupes autrichiennes envoyées pour réduire l'insurrection belge.

    29 juillet 1790

    La France a besoin de 250 000 soldats. histoire

    30 juillet 1790

    Insurrection du régiment de la Reine-cavalerie, en garnison à Stenay.

    31 juillet 1790

    Desmoulins* est poursuivi pour calomnies contre le roi, les ministres, la Fayette* et la municipalité

    Bouillé* entre à Nancy après de durs combats faisant plus de 300 morts la repression est terrible : une trentaine de soldats suisses sont roués ou pendus, plus de 40 sont condamnés aux galères, la Garde nationale est réorganisée.

    1 août 1790

    Les grenadiers du roi de Nancy protestent contre l'emprisonnement d'un de leur camarades qui participait aux séances du club des Jacobins de Nancy et qui réclamait à voix haut, sa solde. Le commandemant de la place, de Noue, suspend de toute fonction la compagnie des grenadiers. Suisses de Chateauvieux et cavaliers de Mestre de Camp se solidarisent avec elle.

    3 août 1790

    Suppression des pensions existantes au 1er janvier 1790, et règle à observer par les intéressés pour leur rétablissement. Création des "récompenses nationales".

    5 août 1790

    Un administrateur au département de police dénonce l'enfer des femmes à la Salpêtrière histoir

    6 août 1790

    L'Assemblée déclare que les mutins sont des traitres à leur patrie mains qu'elle est prêtre à écouter les plaintes des soldats

    7 août 1790

    Le nom de ministère de la Maison du roi est changé en ministère de l'Intérieur.

    8 août 1790

    L'assemblée des colons de Saint-Domingue est dispersée par la force sur les ordres du gouverneur de l'île. Au même moment, l'équipage du vaisseau Le Léopard se mutine en rade de Port-au-Prince. Il embarque les membres de l'Assemblée coloniale et fait route sur Brest, où se produit une mutinerie entrainant une grève de l'arsenal.

    9 août 1790

    La garnison de Nancy n'apprécie pas le décret du 6 août: elle se mutine contre les officiers et contrôle les caisses de son régiment pour pouvoir être payée.

    13 août 1790

    L'Assemblée nationale supprime les apanages.

    Mutinerie à Toulon.

    14 août 1790

    A l'occasion de la signature de la paix avec la Russie, le roi de Suède, Gustave III, êvoque une croisade contre-révolutionnaires.

    15 août 1790

    Les Suisses du régiment de Châteauvieux, en garnison à Nancy, se révoltent conte leurs officiers.

    16 août 1790

    Décret de l'Assemblée déclarant les excès commis par les soldats révoltés "crimes de lèse-nation" et devant être punis comme tels. histoire

    L'Assemblée crée le même jour les justices de paix et abolit la vénalité des offices de jurication. La justice sera rendue gratuitement.

    18 août 1790

    Conspiration royaliste du château de Jalès. histoire

    24 août 1790

    Déclarations contre la censure au théâtre menées par Chénier* et Robespierre*.

    Le roi sanctionne le décret sur la Constitution civile du clergé.

    26 août 1790

    Réorganisation de la direction des Postes et Messageries.

    27 août 1790

    Le roi, devant l'impuissance des autorités ou leur refus de ramener l'ordre, nomme Bouillé* pour faire appliquer le décret du 16 août.

    Montesquiou* présente un rapport à l'Assemblée sur l'état des finances. La dette de l'état est de 4 241 millions de livres.

    31 août 1790

    Le marquis de Bouillé* réprime avec une inexorable cruauté la rébellion de Nancy. L'Assemblée nationale lui vote des remerciements. Louis XVI* lui écrit une lettre de félicitations. histoire

    2 septembre 1790

    Un décret de l'Assemblée nationale supprime le costume traditionnel des compagnies judiciaires.

    Paris. Emeute en faveur des Suisses histoire

    3 septembre 1790

    L'Assemblée nationale réduit le budget de la Bibliothèque du roi de 140.000 à 110.000 livres.

    4 septembre 1790

    Démission de Necker*. L'Assemblée s'attribue la direction du Trésor public. histoire

    6 septembre 1790

    Suppression des parlements.

    A Angers, les femme, secondées par les ouvriers des carrières, réclament la diminution du prix du pain. La troupe tire : 45 homme, 4 femme et 2 enfants tués.

    7 septembre 1790

    Décret sur l'organisation des Archives nationales. histoire

    14 septembre 1790

    Décret qui réforme la discipline militaire. La discipline est la force principale des armées, mais elle ne doit pas être infligée de façon arbitraire. Un conseil des discipline est institué dans chaque corps de troupe. La liste des punitions est publiée ; corvées, piquet, consigne, salle de police, prison, cachot.

    16 septembre 1790

    Révolte à Brest des équipages des vaisseaux le patriote et le léopard. histoire

    19 septembre 1790

    Les défenseurs de l'ordre tués à Nancy sont célébrés au champ-de-Mars par les officiers royalistes hostiles à la Révolution.

    20 septembre 1790

    Marche lugubre pour les Suisses. histoire

    22 septembre 1790

    Décret réglementant l'exercice de la justice militaire (création des tribunaux militaire).

    29 septembre 1790

    Emission de 1.200 millions d'assignats*

    30 septembre 1790

    L'archiduc Léopold est proclamé empereur d'Allemagne.

    Parution de la Feuille villageoise* de Cerutti, ancien jésuite, ami de Mirabeau*, Bailly*, La Fayette* et Necker*

    8 octobre 1790

    Installation à Paris de la première municipalité constitutionnelle élue conformément à la loi organique du 21 mai 1790

    12 octobre 1790

    Un décret prononce la dissolution de l'Assemblée de Saint-Domingue et annule ses actes

    13 octobre 1790

    Création d'une commission des monuments.

    Le Cercle social, fondé par l'abbé Fauchet* au début de l'année, devient la société des Amis de la vérité. celle-ci crée un journal, la Bouche de fer, qui revendique des droits pour les pauvres et les femmes

    20 Octobre 1790

    Danton* se fait porte-parole à l'Assemblée, d'un motion votée par les sections demandant la démission des ministre. Cette pétition est repoussée, mais les ministres démissionnent, sauf Montmorin* qui restes aux Affaires étrangères

    21 octobre 1790

    Le drapeau blanc est remplacé par le drapeau tricolore. histoire

    22 octobre 1790

    Émeute contre-révolutionnaire à Varaize.

    l'Assemblée, sur proposition de Mirabeau* , décrète que le pavillon tricolore flottera sur les vaisseaux de l'état et que la cravates tricolores remplaceront les cravates blanches qui garnissaient les drapeaux des régiments.

    29 octobre 1790

    Les mulâtres se révoltent à Saint-Do histoire

    4 novembre 1790

    Insurrection à l'île de France (île Maurice)

    6 novembre 1790

    Sarlat. Le conseil général décide d'interdire toutes les sociétés affiliées au club royaliste des Amis de la paix dans le département de la Dordogne

    10 novembre 1790

    Nantes. A l'initiative des Jacobins, une messe de requiem est célébrée à la mémoire des victimes des troubles de Nancy

    12 novembre 1790

    Paris. Les Parisiens pille l'hôtel de Castries histoire

    15 novembre 1790

    Saint-Domingue. A cause de ses idées antiesclavagiste, la commandant du fort Dauphin est arrêté sur ordre de l'Assemblée du Cap.

    18 novembre 1790

    Carpentras. Plus de chapeau jaune pour les Juifs. histoire

    22 novembre 1790

    L'armée autrichienne pénètre en Belgique

    23 novembre 1790

    Création d'une contribution foncière répartie sur toutes les propriétés foncières, à raison de leur revenu net. histoire

    Uzès. Les catholiques, se battent avec les grandes matinaux : 32 victimes.

    25 novembre 1790

    Premier massacre des blancs par les noirs à Saint-Domingue.

    26 novembre 1790

    Louis XVI* donne au barrron de Bretieul des pouvoirs pour négocier avec les cours étrangères les conditions de leur intervention.

    27 novembre 1790

    Tous les ecclésiastiques sont astreints à la prestation publique du serment en exécution des dispositions de la Constitution civile du clergé histoire

    Création du tribunal de cassation.

    29 novembre 1790

    L'Assemblée décide d'envoyer des commissaires aux îles du Vent (les petites Antilles)

    2 décembre 1790

    L'armée autrichienne entre à Bruxelles : la division des Belges et la détermination de Léopold II* , aidé par la Prusse, on raison des "Etat-Unis de Belgique"

    3 décembre 1790

    Louis XVI* lance un appel au roi Frédéric-Guillaume II* de Prusse histoire

    5 décembre 1790

    Les droits de contrôle des actes civils et judiciaires sont abolis. Création d'un droit d'enregistrement.

    A Perpignan, on tire sur les Jacobins*.


    6 décembre 1790

    Création d'une caisse patriotique. par le club des Jacobins de Bordeaux, chagée d'échanger les assignats contre des petit billets de confiance

    10 décembre 1790

    Un complot royaliste avorte à Lyon

    12 décembre 1790

    Création du papier timbré.

    L'Empereur restaure son autorité sur les Pays-Bas autrichiens. seul la ville de Liège échappe à ce retour à l'ordre.

    14 décembre 1790

    Léopold II* adresse une note officielle de protestation à la France au nom des traités de Westphalie (1648)

    16 décembre 1790

    L'Assemblée accorde 15 millions aux ateliers de charité.

    18 décembre 1790

    Toutes les rentes foncières sont déclarées rachetables; il est défendu de créer à l'avenir des redevances foncières non remboursables.

    20 décembre 1790

    L'Assemblée supprime les apanages

    21 décembre 1790

    L'Assemblée ordonne l'érection d'une statue de Jean-Jacques Rousseau*; sa veuve touchera une pension annuelle de 1.200 livres.

    26 décembre 1790

    Louis XVI* se décide à sanctionner la Constitution civile du clergé.

    31 décembre 1790

    L'Assemblée nationale décrète que toute découverte ou nouvelle invention est la propriété de son auteur, auquel la loi en garantit la pleine et entière jouissance.


    votre commentaire
  • 4 janvier 1791

    Le couvent des Petits-Augustins (emplacement de la future École des beau-arts) devient le dépôt où seront rassemblées toutes les oeuvres d'art demeurées sans abri.

    5 janvier 1791

    Loi interdisant la nomination d'agents au service du roi docum

    8 janvier 1791

    L'Université de Paris annonce par la voix de son recteur qu'elle se soumet, en les saluant, aux décrets de l'Assemblée nationale.

    9 janvier 1791

    La garde nationale d'Avignon assiège les royalistes de Carpentras.

    12 janvier 1791

    Les troups autrichiennes occupent la pricipauté de Liège et rétablissent le prince-évêque

    13 janvier 1791

    L'Assemblée décide que, dorénavant, tout citoyen pourra élever un théâtre et y représenter tout ce qui lui plaira.

    Création d'une contribution mobilière annuelle, commune à tous les habitants. histoire

    16 janvier 1791

    La maréchaussée est remplacée par la gendarmerie nationale. histoire

    20 janvier 1791

    Création dans chaque département d'un tribunal criminel.

    21 janvier 1791

    L'Assemblée invite les prêtres à cesser " une résistance sans objet".

    27 janvier 1791

    Établissement d'un tribunal de commerce à Paris.

    30 janvier 1791

    Dubois-Crancé* , député du tiers état de Vitry-lr-François, dénonce au club des Jacobins les projets de la famille royale.

    2 février 1791

    Election des neuf premiers évêques constitutionnels, dont l'abbé Grégoire*.

    18 février 1791

    La plupart des impôts indirects, aides, traites et octrois, impôt sur le tabac, extrêmement impopulaires sont supprimés. seul les droits de timbre et de contrôle des actes survivent de l'Ancien Régime.

    19 février 1791

    Suppression des droits d'octroi et d'entrée à partir du 1er mai 1791

    21 février 1791

    Une loi sur l'émigration commence a être discutée à l'Assemblée, mais la liberté du choix individuel l'emporte.

    22 février 1791

    Le peuple parisien envahit le palais du Luxembourg pour empêcher le départ présumé du comte de Provence* pour l'étranger. histoire

    23 février 1791

    Le prince de Condé* s'installe en Rhénanie, à Worms qui devient l'un des grands pôles de l'émigration.

    24 février 1791

    Tallerand* qui s'est démis de son évêché d'Autun le 20 Janvier 1791 sacre à Paris des premiers évêques constitutionnels.

    27 février 1791

    Les tantes du roi, Mesdames Adélaïde* et Victoire*, parties de leur château de Bellevue dans l'intention de se rendre à Rome, sont arrêtées en cours de route par la municipalité d'Arnay-le-Duc.

    28 février 1791

    On brise les armoiries du château de Vincennes. Le peuple chasse du palais des Tuileries un groupe de gentilhomme, dits les "Chevaliers du poignard", qui s'y sont installés pour assumer la protection de la famille royale; on les conduit en prison. histoire

    2 mars 1791

    Suppression de tous les droits d'aides, des maîtrises et jurandes; établissement des patentes. histoire

    3 mars 1791

    L'Assemblée nationale fait remettre l'argenterie des églises et des communautés religieuses aux hôtels de monnaie; les objets d'or seront envoyés à la Monnaie de Paris.

    4 mars 1791

    Les tantes * * du roi sont autorisées a poursuivre leur voyage à destination de Rome.

    Un décret limite à six le nombre des maréchaux de France; leur traitement est fixé à trente mille livres.

    5 mars 1791

    Établissement à Orléans d'un tribunal provisoire chargé de juger les crimes de lèse-nation.

    9 mars 1791

    L'Assemblée nationale établit les conditions du recrutement de l'armée de ligne.

    10 mars 1791

    Le pape Pie VI* , par le bref Quod aliquatum, condamne la Constitution civil du clergé et demande aux jureurs de se rétracter. Le schisme religieux commence

    12 mars 1791

    L'Assemblée nationale ordonne de rédiger les listes des ecclésiastiques ayant ou non prêté le serment.

    13 mars 1791

    Mise en liberté des "Chevaliers du poignard", suite à l'emprisonnement du 28 février

    15 mars 1791

    Election de Gobel* , évêque consititutionnel de Paris. Il va sacrer en deux mois 36 évêques, dont Grégoire*

    17 mars 1791

    Loi expliquant que la contribution foncière sera payée dès 1791

    19 mars 1791

    Émeute à Douai : deux aristocrate sont pendus. histoire

    20 mars 1791

    Suppression de la ferme et de la régie générale; les baux et traités les concernant sont annulés. histoire

    26 mars 1791

    Décret sur le remboursement de leur titres aux propriétaires des offices ministériels liquidés.

    28 mars 1791

    La société des Amis de la Constitution monarchique regroupant le club de 1789 et le club des Impartiaux, animé par Malouet* et Clermont-tonnerre* , est fermée sur désision de la municipalité.

    29 mars 1791

    Les prêtres provoquent une émeute à Toulouse. Mirabeau* tombe malade.

    Décret obligeant le roi à résider à 20 lieues au plus de l'Assemblée.

    2 avril 1791

    mort de Mirabeau*. histoire

    3 avril 1791

    Le département de Paris propose à l'Assemblée nationale de transformer l'église Sainte-Geneviève en Panthéon et d'en accorder les honneurs à Mirabeau*. histoire

    4 avril 1791

    Le corps de Mirabeau* est conduit au Panthéon.

    5 avril 1791

    Egalité des enfants devant l'héritage histoire

    13 avril 1791

    Le pape* lance une bulle où il accuse l'Assemblée constituante d'avoir voulu détruire la religion et qualifie la Constitution civile du clergé d' "hérétique et schismatique". histoire

    18 avril 1791

    Le peuple de Paris empêche le roi et la reine de quitter les Tuileries pour se rendre à Saint-Cloud sous le prétexte de "faire leurs Pâques" (première étape de l'évasion projetée).

    19 avril 1791

    La section de l'Observatoire déclare que "la nation a bien sujet de se plaindre de la conduite qu'on fait tenir au roi". histoire

    21 - 22 avril 1791

    La Fayette* démissionne et revient sur sa décision, à la demande des bataillons de la Garde nationale

    22 avril 1791

    Le département du Finistère décide que les prêtres réfractaires doivent se retirer à plus de 4 lieues de leurs anciennes paroisses pour ne pas gêner les prêtres constitutionnels. des décisions de ce genre sont prises un peu partout en France

    29 avril 1791

    Décret réformant la marine française

    1 mai 1791

    La perception des entrés cesse à Paris. histoire

    3 mai 1791

    Au Palais-Royal, le pape* est brûlé en effigie.

    4 mai 1791

    La municipalité de Paris interdit aux ouvriers de se rassembler.

    6 mai 1791

    La décision est prise par l'assemblée de faire fabriquer 100 millions d'assignats en petites coupures de 5 livres.

    7 mai 1791

    L'Assemblée accorde aux ecclésiastiques qui, ayant refusé le sacrement, ont dù abandonner leurs fonctions, l'usage des églises paroissiales, pour y célébrer la messe.

    10 mai 1791

    Le tribunal, établi à Orléans en mars précédant, devient la haute Cour nationale.

    14 mai 1791

    Un décret réglemente la propriété des auteurs d'inventions et de découvertes. Création des brevets d'invention.

    15 mai 1791

    L'Assemblée nationale déclare que les gens de couleur résidant dans les colonies et nés de parents libres sont égaux en droits aux blancs. histoire

    16 mai 1791

    Robespierre* fait décréter que les membres de l'Assemblée constituante ne pourront par être élus à la prochaine législature. histoire

    17 mai 1791

    Emission de six cents millions d'assignats*

    20 mai 1791

    Devant l'absence de numéraire, l'Assemblée accélère la frappe de pièces de métal. les caisses patriotiques et leurs billets de cobfiance demeurent. La baisse de l'assignat continue son cours.

    22 mai 1791

    Loi proposée par Le Chapelier* qui réglemente le droit de pétition et l'interdit aux collectivités.

    25 mai 1791

    Loi organique sur le fonctionnement des ministères et l'établissement des responsabilités ministérielles.

    26 mai 1791

    L'Assemblée nationale décide que le Louvre et les Tuileries seront destinés à la fois à l'habitation du roi et de la réunion de tous les monuments des sciences et des arts, ainsi qu'a l'installation des principaux établissements d'instruction publique.

    28 mai 1791

    Un décret annonce la convocation de la seconde législature.

    30 mai 1791

    En ce jour anniversaire de la mort de Voltaire, l'Assemblée nationale décrète le transfert au Panthéon de son corps inhumé à l'Abbaye de Seillière, dans l'Aube.

    1 juin 1791

    Défense est faite aux personnes admises dans les tribunes de l'Assemblée nationale de donner aucune marque d'approbation ou d'improbation.

    5 juin 1791

    Le droit de faire grâce est retiré au roi.

    13 juin 1791

    Décret ordonnant aux officiers et aux soldats de prêter le serment de fidélité à la nation, à la loi et au roi.

    14 juin 1791

    Le Chapelier* fait décréter l'abolition de toutes espèces de corporations et compagnonnage. TEXTE

    15 juin 1791

    Décret sur l'organisation des colonies.

    Le comte d'Artois* s'installe à Coblence, ce qui entraine la masse des émigrés a venir le rejoindre. Ils forment une armée contre-révolutionnaire.

    18 juin 1791

    Le roi dénonce au maire de Paris les malveillants qui répandent le bruit de son enlèvement.

    20 juin 1791

    Fuit nocturne du roi et de sa famille. histoire

    Le comte de Provence* part en même temps.

    21 juin 1791

    L'Assemblée nationale suspend le roi, ordonne l'arrestation de "toutes personnes quelconques sortant du royaume".

    22 juin 1791

    Arrestation de Louis XVI* à Varennes.

    24 juin 1791

    Le comte de Provence*, sans être aucunement inquiété, franchit la frontière et arrive à Mons.

    25 juin 1791

    Le roi est ramené à Paris.

    28 juin 1791

    Philippe d'Orléans* , sollicité par Brissot* , renonce à la régence, mais pose le problème du régime : dictature (Marat*), république Fayettiste (Condorcet*)

    3 juillet 1791

    Le nombre des volontaires nationaux créés le 13 juin 1791, est porté à 26 000; ils seront plus de 100 000 en août.


    6 juillet 1791

    Léopold II* invite les souverains de l'Europe à se joindre à lui pour déclarer au gouvernement français qu'ils regardent la cause de Louis XVI* comme la leur propre. histoire

    11 juillet 1791

    trasfert des cendres de Voltaire au Panthéon.

    12 juillet 1791

    Loi organisant l'exploitation des mines.

    14 juillet 1791

    2° fête de la Fédération célébrée à Paris, mais aussi en Allemagne

    15 juillet 1791

    L'Assemblée nationale déclare le roi inviolable et le rétablit dans toutes ses prérogatives. histoire

    Une pétition déclarant Louis XVI* déchu du trône est portée au Champ-de-Mars. histoire

    17 juillet 1791

    Manifestation populaire au Champ-de-Mars*; le maire Bailly* proclame la loi martiale et fait tirer sur les manifestants. histoire

    18 juillet 1791

    L'Assemblée nationale accorde deux millions de récompense à ceux qui ont concouru à l'arrestation du roi.

    Décret réprimant les appels au meutre, au pillage, à l'incendie. Danton* s'enfuit en Angletairre, Marat* se cache. Le club des Cordeliers est fermé.

    19 juillet 1791

    Un décret organise la police municipale et correctionnelle.

    20 juillet 1791

    La loi Le Chapelier* (supr à la date du 14 juin*) est étendue aux campagnes : les propriétaire et les fermiers ne pourront pas s'entendre pour faire baisser les salaires, il est interdit aux moissonneurs et ouvrier de ferme de se liguer pour faire hausser leur salaires.

    22 juillet 1791

    L'Assemblée nationale réitère sa proclamation de la liberté absolue des ventes et menace de destitution les officiers municipaux qui taxeraient les grains et le vin.

    26 juillet 1791

    L'Assemblée nationale décrète que tout rassemblement de plus de quinze personnes s'opposant à l'exécution d'une loi ou d'un jugement sera réputé attroupement séditieux et puni comme tel.

    28 juillet 1791

    Décret réglementant l'organisation des gardes nationales.

    30 juillet 1791

    Toutes décoration, tout signe extérieur qui suppose des distinctions de naissance sont abolis.

    4 août 1791

    Formation des bataillons de gardes nationale destinés à la défense des frontières.

    5 août 1791

    L'Assemblée nationale déclare que la nation française ne fera jamais la guerre dans l'intention de faire des conquêtes et n'emploiera jamais ses forces contre la liberté d'aucun peuple.

    8 août 1791

    Adoption, par articles, de l'acte constitutionnel.

    9 août 1791

    défense aux ecclésiastiques de porter des habits religieux hors de l'enceinte des temples.

    17 août 1791

    L'Assemblée nationale ordonne à tout Français absent du royaume d'y rentrer dans le délai d'un mois.

    22 août 1791

    A Saint-Domingue, les nègres révoltés massacrent les blanc.

    23 août 1791

    Projet voté malgré l'opposition de Robespierre* et de Pétion* . Sont punissables les délits de presse suivant : calomnies volontaire contre des fonctionnaire et des personnes privées, résistance aux pouvoirs publics, désobéissance aux lois et avilissement des pouvoirs constitués.

    27 août 1791

    Déclaration de Pillnitz : l'empereur d'Allemagne et le roi de Prusse promettent aux émigrés l'appui de leurs armes contre la France. histoire

    28 août 1791

    Décret relatif aux moyens de rétablir la discipline dans les troupes de ligne.

    29 août 1791

    Les électeurs désignés par les assemblées primaires nomment les premiers députés à la seconde législature. histoire

    2 septembre 1791

    L'Assemblée nationale décrète qu'il sera établi des fêtes nationales pour perpétuer le souvenir de la Révolution.

    3 septembre 1791

    Publication de la Constitution française, dite de 1791. histoire

    9 septembre 1791

    Retour de Danton* à Paris

    12 septembre 1791

    Annexion par la France du comtat Venaissin et d'Avignon.

    14 septembre 1791

    Louis XVI* accepte la Constitution. histoire

    16 septembre 1791

    Un décret rend obligatoire la "dénonciation civique".

    17 septembre 1791

    Suppression des cours de comptes; un bureau de comptabilité les remplacera.

    25 septembre 1791

    Promulgation du code pénal.

    Article 3 du titre Ier de la premier partie : "Tour condamné à mort aura la tête tranchée" la loi

    26 septembre 1791

    Les facultés de droit sont chargées de faire enseigner aux étudiants la Constitution.

    27 Défense à tout citoyen français de prendre dans aucun acte les titres et les qualifications supprimés par la Constitution.

    28 septembre 1791

    Abolition de l'esclavage en France, son maintien aux colonies.

    Décret fixant la composition de l'armée à 110.590 homes d'infanterie et 30.040 de troupes à cheval, non compris l'artillerie et le génie sur lesquels l'Assemblée se réserve de statuer ultérieurement.

    29 septembre 1791

    L'Assemblée décrète que pour faire partie de la garde nationale il faut être citoyen actif ou fils de citoyen actif.

    30 septembre 1791

    Dernière séance de l'Assemblée constituante. histoire

    Amnistie pour les condamnés pour émeutes et révoltes depuis 1788.

    Interdiction est faite aux sociétés populaire, de faire des pétitions et d'envoyer des députations. TEXTE


    1 octobre 1791

    Les sept cent quarante-cinq députés de la seconde législature se réunissent pour la première fois. La municipalité de Chemillé (Maine-et-Loire) écrit au directoire de son département : "L'amnistie accordée aux prêtres réfractaires, au lieu d'avoir apporté la paix qu'on avait lieu de se promettre, n'a fait qu'enhardir ces enthousiastes et les porter au crimes".

    4 octobre 1791

    L'Assemblée législative vote des remercient aux membres de l'Assemblée constituante.

    5 octobre 1791

    L'Assemblée supprime les mots Sire et Majesté et confirme la substitution au titre de Roi de France de celui de Roi des Français.

    7 octobre 1791

    L'Assemblée fait placer les effigies de Mirabeau* et Jean-Jacques Rousseau* dans la salle de ses séances.

    8 octobre 1791

    La Fayette démissionne de son poste de commandant de la Garde nationale et se retire sur ces terres.

    9 octobre 1791

    Un rapport parlementaire alarmant sur la situation en Vendée. histoire

    14 octobre 1791

    Proclamation de Louis XVI* aux émigrés.

    16 octobre 1791

    A Avignon, massacres de la Glacière. histoire

    17 octobre 1791

    L'administrateur du district de Cholet informe le directoire de son département : "Les prêtre amnistiés s'efforcent de persuader que les ci-devant nobles émigrés, joints à des troupes étrangères, attaqueront sous peu le royaume et feront tout rentrer sous l'ancien régime".

    22 octobre 1791

    La Société fraternelle des Halles propose de déclarer la patrie en danger.

    31 octobre 1791

    L'Assemblée nationale s'adresse au comte de Provence* : Louis-Stanislas-Xavier, prince français! L'Assemblée nationale vous requiert de rentrer dans le royaume dans le délai de deux mois; faute de quoi vous serez censé avoir abdiqué votre droit éventuel à la régence".

    9 novembre 1791

    L'Assemblée déclare les émigrés "suspects de conjuration contre la patrie". Si, ajoute-t-elle, au 1er janvier prochain ils sont encore en état de rassemblement, ils seront déclarés coupables de conjuration, poursuivis comme tels et punis de mort; les revenus des princes absents du royaume sont séquestrés.

    12 novembre 1791

    Louis XVI* oppose son veto au décret sur les émigrés.

    14 novembre 1791

    Premier jour des élections municipales pour le renouvellement de la Commune. Pétion* est élu maire de Paris. histoire

    24 novembre 1791

    Gambon* annonce qu'il a été vendu à ce jour pour quinze cents millions de biens ecclésiastiques.

    25 novembre 1791

    L'Assemblée législative crée un Comité de surveillance.

    29 novembre 1791

    Décret relatif aux prêtre ayant refusé le serment. TEXTE

    3 décembre 1791

    Les frères du roi répondent qu'ils ne peuvent revenir en france du fait de la "captivité" du roi.

    5 décembre 1791

    Le Directoire du département de Paris demande à Louis XVI* d'apposer son veto au décret sur les prêtres réfractaires.

    Projet mis sur pied par le marquis de la Rouërie* , ancien combattant d'Amérique, et en accord avec les frères du roi de soulever tout l'ouest pour sauver le roi

    6 décembre 1791

    Danton* est élu second substitut du procureur de la Commune.

    12 décembre 1791

    Robespierre* inaugure aux Jacobins* les débats sur la guerre à venir.

    14 décembre 1791

    Le roi vient à l'Assemblée pour y annoncer que si, après le 15 janvier, l'Electeur de Trèves n'a pas mis fin aux agissements des rassemblements d'émigrés, il entrera en guerre contre lui

    17 décembre 1791

    Création de trois cents millions d'assignats*

    19 décembre 1791

    Louis XVI* déclare qu'il refuse de sanctionner le décret du 29 novembre. histoire.

    27 décembre 1791

    A titre exceptionnel Rochambeau* et Luckner* sont promus maréchaux de France, ce qui porte à huit le nombre de six, fixé par décret du 4 mars 1791.

    28 décembre 1791

    Création des bataillons de volontaires nationaux.

    29 décembre 1791

    L'Assemblée nationale vote vingt millions pour frais de guerre. histoire

    31 décembre 1791

    Elle abolit le cérémonial du Jour de l'an; aucun hommage ne sera présenté à cette occasion.

    Elle fait comprendre, dans l'amnistie décrétée le 30 septembre 1791, les quarante et un soldats du régiment de Châteauvieux condamnés aux galères à la suite de la rébellion de Nancy.


    votre commentaire
  • 1 janvier 1792

    Harangue de Jacques Roux* devant la section de l'Observatoire. Il reprend les revendications des sans-culottes : la mort du roi, la poursuite des agioteurs, des accapareurs et des traites, l'abaiseement du coût de la vie. Avec lui les Enragés font irruption sur la scène parisienne.

    2 janvier 1792

    L'Assemblée décrète que l'ère de la liberté datera du 1er janvier 1789. Elle décide qu'il y a lieu d'accusation contre les frères du roi et le prince de Condé*, prévenus de conspiration contre le salut de l'Etat et la Constitution.

    Les Français prennent Namur, mais perdent Francfort

    Eléction des représentants de la Commune de Paris

    3 janvier 1792

    Carnot* demande la destruction de "toutes les bastilles du royaume". histoire

    4 janvier 1792

    Aux Jacobins, Carra* propose de placer un prince Anglais sur le trône de France en cas de seconde fuite de Louis XVI*.

    5 janvier 1792

    Barnave* ex-constituant, rentre à Grenoble pour y écrire : Introduction à la Révolution française

    7 janvier 1792

    Des manifestations ont lieu en Belgique pour réclamer l'indépendance.

    10 janvier 1792

    L'acte énonciatif des crimes du roi est présenté à la Convention

    11 janvier 1792

    Comparution de Louis Capet* à la barre de la Convention. Il a choisi ses défenseurs : Tronchet* , Malesherbes* , De Séze*.

    14 janvier 1792

    L'Assemblée déclare " infâme, traître à la patrie et coupable de crime de lèse-nation, tout agent du pouvoir exécutif (On notera que selon la nouvelle terminologie révolutionnaire c'est le roi qui est censé incarner le pouvoir exécutif et se trouve ainsi indirectement visé par cette disposition) , tout Français qui pourrait prendre part, directement ou indirectement, soit à un congrès dont l'objet serait d'obtenir la modification de la Constitution française, soit à une médiation entre la nation française et les rebelles conjurés conte elle"

    16 janvier 1792

    La garde de Louis XVI* est cassée et renouvelée par ordre du corps législatif.

    17 janvier 1792

    Brissot* adjure l'Assemblée nationale de déclarer la guerre à l'Empereur d'Allemagne.

    L'escadre française de Toulon se présente devant Naples et force le roi Ferdinand IV* à accepter les volontés françaises. Un club jacobin est créé par les patriotes napolitains.

    19 janvier 1792

    Le comte de Provence* est déchu de ses droits éventuels à la régence.

    23 janvier 1792

    La section des Gobelins se plaint à l'Assemblée nationale : " De vils accapareurs appellent la force publique pour défendre leurs brigandages... C'est l'agiotage insatiable qui renferme les trésors de l'abondance pour ne nous montrer que le squelette hideux de la disette".

    25 janvier 1792

    La France lance un ultimatum à l'Autriche. histoire

    Le roi rédige son testament.
    27 janvier 1792

    Le Directoire du département de Seine-et-Marne exhorte les contribuables à remplir leur devoir et à regarder comme traître à la patrie " quiconque oserait vous donner le conseil perfide de différer d'acquitter vos contributions".

    28 janvier 1792

    La section de la Croix-rouge, " pour punir les monopoleurs égoïste" déclare renoncer à l'usage du sucre et invite les quarante-sept autres sections à suivre son exemple.

    30 janvier 1792

    Une délégation de la diète polonaise vient demander l'aide de la France à la Convention.

    31 janvier 1792

    Une femme du peuple demande l'ouverture à Paris d'une souscription pour fabriquer des piques.

    1 février 1792

    L'Assemblée décrète que toute personne qui voudra voyager dans le royaumes sera tenu de se munir d'un passeport. Le voyageur qui n'en présentera pas un sera mis en état d'arrestation.

    3 février 1792

    Les élection municipales commencées à Paris le 15 novembre 1791 sont terminées. La liste des 76 élus à titre définitif est publiée.

    6 février 1792

    A Noyon, le peuple empêche le départ des bateaux chargés de grains.

    8 février 1792

    Le procureur général syndic du département de Paris dénonce une " insurrection patricienne" contre les impôts et fait afficher la liste des contribuables en retard.

    9 février 1792

    L'Assemblée déclare confisqués au profit de la nation les biens des Français qui se trouvent à l'étranger.

    13 février 1792

    Dans une lettre à l'Assemblée, Louis XVI* proteste contre les bruits de son imminent départ.

    A Montlhéry, le peuple saccage les magasins des marchands de grains.

    14 février 1792

    A Dumkerque on pille les magasins du port. La municipalité fait appel à la force armée : 14 tués, 60 blessés

    18 février 1792

    A Béthune, les soldats se révoltent et refusent d'obéir à leur officiers.

    23 février 1792

    A Beauvais, les troupes mettent à la raison le peuple qui ne veut pas laisser partir les convois de grains.

    24 février 1792

    Décret contre les fabricants de faux assignats.

    25 février 1792

    La municipalité de Paris sollicite à l'Assemblée nationale des secours pour les indigents.

    1 mars 1792

    Mort de l'empereur Léopold II*. d'Autriche

    3 mars 1792

    Assassinat du maire d'Etampes, Simonneau, accusé par la voix populaire d'accaparer les subsistances. histoire

    6 mars 1792

    Les femmes de Paris demandent des piques "pour défendre la Constitution". histoire

    7 mars 1792

    Le duc de Brunswick* est nommé généralissime des troupes autrichiennes.

    8 mars 1792

    A Conches, la sédition des habitants, qui s'étaient mis à taxer arbitrairement les denrées, est réprimée par la force armée : 50 arrestations, dont celle du curé.

    9 mars 1792

    Narbonne* , ministre de la guerre, est remplacé par de Grave

    10 mars 1792

    Mise en accusation du ministre des Affaires étrangères Delessert pour n'avoir pas prévenu l'Assemblée nationale des préparatifs de guerre de l'empereur d'Allemagne.

    15 mars 1792

    Dumouriez* est nommé ministre des Affaires étrangères.

    19 mars 1792

    Les massacreurs d'Avignon sont déchargés des accusations portées contre eux.

    20 mars 1792

    Adoption de la guillotine* par l'Assemblée législative à la suite du rapport présenté par le secrétaire perpétuel de l'Académie de chirurgie, Louis. histoire

    22 mars 1792

    L'abbé Chappe* fait hommage à l'Assemblée de son invention du télégraphe.

    23 mars 1792

    Le roi appel à la place des ministres feuillants*, des ministre girondins* : Roland*, Servan*, Clavière*

    25 mars 1792

    Ultimatum de la France à l'Autriche afin qu'elle disperse les émigrés et qu'elle arrête ses préparatifs d'armement.

    AVRIL

    5 avril 1792

    Suppression de la Sorbonne.

    6 avril 1792

    Suppression de toutes les congrégations religieuses.

    8 avril 1792

    Loi accordant un délai aux émigrés pour rentrer en France.

    15 avril 1792

    Fête de la Liberté en l'honneur des Suisses du régiment de Châteauvieux, libérés en février précédent. histoire

    20 avril 1792

    Déclaration de guerre à l'empereur d'Allemagne. histoire

    25 avril 1792

    Paris. La guillotine a tranché sa première tête Nicolas-Jacques Pelletier. histoire

    26 avril 1792

    A Strasbourg, le capitaine du génie Rouget de Lisle* lance son Chant de guerre pour l'armée du Rhin.

    28 avril 1792

    Ouverture des hostilités.

    29 avril 1792

    Les dragons du général Dillon*, arrivés devant Mons, avant même d'avoir vu l'ennemi, se mettent à fuir criant à la trahison, Rentrés à Lille, ils massacrent leur chef histoire

    30 avril 1792

    Emission de trois cents millions d'assignats*

    5 mai 1792

    L'Assemblée législative décrète la création de trente et un nouveaux bataillons de volontaires nationaux.

    17 mai 1792

    Robespierre* fait paraître le premier numéro de son défenseur de la Constitution.

    23 mai 1792

    Brissot* dénonce à l'Assemblée le "Comité autrichien" qui se réunit aux Tuileries. histoire

    27 mai 1792

    L'Assemblée institue la pratique de la déportation à appliquer aux prêtres réfractaires. MOTIVATION

    29 mai 1792

    La garde constitutionnelle du roi est supprimée. histoire

    3 juin 1792

    Une fête de la loi, en l'honneur de Simoneau, le maire tué le 3 mars.
    8 juin 1792

    Un décret ordonne la réunion à Paris pour le 14 juillet de vingt mille fédérés des départements pour pouvoir envoyer aux frontières les troupes de ligne en garnison dans la capitale.

    10 juin 1792

    Huit mille garde nationaux parisiens demandent à l'Assemblée nationale que ce décret soit rapporté. Elle passe outre.

    12 juin 1792

    Le roi renvoie les trois ministres girondins*.

    13 juin 1792

    L'Assemblée déclare conserver sa confiance dans les ministres congédiés et s'en prend à l'intrigant Dumouriez*

    15 juin 1792

    Dumouriez* démissionne et part pour les armées du Nord

    16 juin 1792

    Les opérations militaires sont suspendues. Dans une lettre à l'Assemblée nationale, La Fayette* dénonce l'anarchie intérieure et l'indiscipline des troupes

    17 juin 1792

    La section de la Croix-Rouge se présente à la barre de l'Assemblée pour accuser Louis XVI* de trahison.

    18 juin 1792

    Dérogeant au décret du 15 mars 1790, l'Assemblée déclare que tous les droits casuels sont supprimés sans indemnité. histoire

    19 juin 1792

    Un décret ordonne le brûlement de tous les titres de noblesse existant dans les dépôts publics.

    20 juin 1792

    Manifestation populaire aux Tuileries. histoire

    21 juin 1792

    L'Assemblée interdit toutes réunion de citoyens armés dans son enceinte et la pétition de Dupont de Nemours , en faveur du roi, reçoit 20 000 signatures.

    22 juin 1792

    Proclamation adressée par Louis XVI* aux Français. TEXTE

    24 juin 1792

    La section des Quinze-Vingt se présente à la barre de l'Assemblée. Son orateur, Gonchon*, déclare: "On ne cesse de calomnier les citoyens du faubourg Saint-Antoine.. Nous conjurons l'Assemblée nationale de rendre aux vrais amis de la liberté la justice qu'ils méritent".

    25 juin 1792

    La section des Gobelins fait observer à l'Assemblée : "Au lieu de s'étonner de notre rassemblement, on devait s'étonner de ne point voir encore le glaive de la haute Cour nationale tomber sur la tête des coupables".

    28 juin 1792

    La section des Tuileries demande à l'Assemblée le licenciement de l'état-major fayettiste de la garde nationale

    Quittant l'armée, La Fayette* arrive à Paris pour dénoncer à l'Assemblée l'anarchie qui y règne et l'impunité des "factieux".

    30 juin 1792

    Il retourne à l'armée. Son effigie est brûlée au Palais-Royale.

    1 juillet 1792

    La pétition, dite des Vingt Mille, est présentée à l'Assemblée nationale.

    Les pétitionnaires prient l'Assemblée "de porter l'oeil le plus sévère sur la conduite des moteurs instigateurs et chefs du rassemblement (du 20 juin), sur celle du maire et des officier municipaux qui ont ordonné d'ouvrir les avenues du château et le château même... d'ordonner que le commandant général [Santerre*, alors commandant de la garde nationale parisienne] soit destitué de ses fonctions comme ayant exposé la sûreté du roi et compromis l'honneur de la garde nationale".

    3 juillet 1792

    La section du théâtre-Français appelle le glaive de la loi sur la tête de La Fayette*.

    6 juillet 1792

    Le maire de Paris et le procureur de la Commune sont suspendus de leurs fonctions par l'administration départementale.

    7 juillet 1792

    L'archiduc François*, neveu de Marie-Antoinette* et futur beau-père de Napoleon, " fanatique ennemi de la Révolution" (Michelet), est élu empereur d'Allemagne.

    A l'Assemblée, l'évêque de Lyon, Adrien Lamourette* , dand un élan de réconciliation général, demande à ses collègues de s'embrasser : le baiser Lamourette

    8 juillet 1792

    La section de Mauconseile réclame le châtiment de la Fayette*.

    11 juillet 1792

    La patrie est déclarée en danger. TEXTE

    13 juillet 1792

    Le maire de Paris est réintégré.

    Les agents du département de police municipale révèlent l'établissement d'un passage souterrain entre l'hôtel de Brionne où sont caserner les Suisses et les caves du château des Tuileries.


    14 juillet 1792

    La troisième Fédération est célébrée au Champ-de-Mars.


    15 juillet 1792

    L'Assemblée nationale ordonne l'éloignement de la capitale des cinq régiments de troupes de ligne.


    16 juillet 1792

    Une "pétition indivisible" des citoyens de la section des Quatre-Nation de la patrie en danger, en d'autres termes, la punition du roi : le signal est donné du mouvement sectionnaire pour la déchéance de Louis XVI* . Les policiers annoncent l'arrivée à l'hôtel de brionne d'un renfort de deux cents Suisses venus de Courbevoie.

    Le procureur de la commune, Manuel*, qui n'a pas été réintégré dans ses fonctions en même temps que le maire Pétion*, vient présenter à l'Assemblée un exposé de sa conduite et reproche aux législateurs de "n'avoir pas puni Louis XVI* sur le champ"


    17 juillet 1792

    Les fédérés demandent à la barre de l'Assemblée nationale la suspension du roi.

    20 juillet 1792

    Face à un mouvement populaire qui les déborde, les Girondin se rapprochent du roi.

    22 juillet 1792

    Début de l'enrôlement pour répondre à la patrie en danger
    23 juillet 1792

    Manuel* est réintégré dans ses fonctions.


    24 juillet 1792

    Vergniaud* exhorte l'Assemblée de "ne pas se laisser entraîner dans des mouvements inconsidérés".


    25 juillet 1792

    Manifeste du duc de Brunswick*. manifeste

    Décret ordonnant la permanence des sections

    Acte capital, un bond en avant dans la voie révolutionnaire bien qu'accompli sous la pression extérieure TEXTE


    26 juillet 1792

    Formation d'un comité insurrectionnel des fédérés.


    27 juillet 1792

    Cédant aux demandes réitérées des sections le corps municipal arrêt qu'il sera établi, sous la surveillance et la direction du procureur de la Commune, un bureau central de correspondance entre les quarante-huit sections.


    30 juillet 1792

    Les fédérés marseillais arrivent à Paris.

    Arrêté pris par les citoyens actifs de la section du Théâtre-Français TEXTE


    31 juillet 1792

    La section de Mauconseil arrête que, le dimanche 5 août, elle se transportera tout entière dans le sein du corps législatif pour lui signifier qu'elle ne reconnaît plus Louis XVI* pour roi et invite les autres sections et le département à se joindre à elle.

    Emission de trois cent millions d'assignats*

    1 août 1792

    L'Assemblée nationale ordonne à toutes les municipalités du royaume de fabriquer des piques qui seront distribuées à tous citoyens indistinctement, "excepté aux vagabonds, gens sans aveu et personnes notoirement reconnues pour leur incivisme".

    Déclaration des citoyens actifs de la section de la Croix-Rouge. TEXTE

    3 août 1792

    Pétion* vient demander à l'Assemblée nationale au nom de quarante-sept sections, la déchéance du roi.

    4 août 1792

    L'Assemblée nationale décrète que "tout Français qui aura fait la guerre de la liberté, soit dans les volontaires nationaux, soit dans les troupes de ligne, recevra les droits de citoyen actif"

    La section des quinze-Vingts fixe " le terme de la patience populaire" au jeudi 9 août à minuit.

    5 août 1792

    Les sections ayant répondu à l'invitation de celle de Mauconseil viennet demander à l'Assemblée de déclarer que Louis XVI* n'est plus roi des Français.

    6 août 1792

    La section de Henry-IV désavoue la pétition du 5 août et dénonce à l'accusateur public l'arrêt de la section de Mauconseil.

    Le corps municipal arrête que la garde du roi sera tirée de tous les bataillon de la garde nationale.

    7 août 1792

    La section de la Place-Royale demande l'enlèvement de toutes les status royales et leur remplacement par des pyramides élevées à la Liberté.

    La section des Gravilliers décide que tous les citoyens sont en état de réquisition permanente et qu'il descendront dans la rue dans le cas d'un rappel général.

    8 août 1792

    L'Assemblée nationale, par quatre cents voix contre deux cents, refuse de décréter d'accusation La Fayette*.

    9 août 1792

    A vingt heures et quarante-cinq minutes, la commune constitutionnelle est renversée et la commune révolutionnaire formée par les commissaires des sections s'installe à l'hôtel de Ville. A partir de minuit on entend sonner le tocsin. histoire

    10 août 1792

    A huit heures du matin, la première colonne des insurgés paraît au Carrousel. Le combat commence entre neuf heures trente et dix heures. Vers midi, le château des Tuileries est pris d'assaut (376 insurgés tués) *

    Vers neuf heures du matin, la nouvelle commune lance sa première proclamation. TEXTE

    L'Assemblée nationale décrète : Le peuple français est invité à former une Convention nationale; le chef du pouvoir exécutif est provisoirement suspendu de ses fonction.

    11 août 1792

    Les commissaires de la municipalité apposent les scellés au château des Tuileries.

    12 août 1792

    Le roi et sa famille sont transférés au Temple*.

    14 août 1792

    A Sedan, La Fayette tente, en vain, d'entrainer son armée contre Paris. Le maire de Strasbourg en fait autant.

    15 août 1792

    L'Assemblée nationale entend la lecture des pièces trouvées dans le cabinet du roi lors de la journée du 10.

    Robespierre*, qui représente à la nouvelle commune la section des Piques (la sienne), vient à la tête d'une députation demander le prompt châtiment des "traîtres et conspirateurs du dix-Août".

    16 août 1792

    L'armée du Nord bat en retraite. L'ennemi envahit la France.

    Le Conseil général de la commune arrête la formation d'un camp retranché sous les murs de Paris.

    17 août 1792

    Création d'un tribunal spécial pour juger les crimes commis dans la journée du 10. histoire

    18 août 1792

    Dumouriez* reçoit le commandement de l'armée du Nord.

    Les ordres enseignants et hospitaliers sont supprimés. Le calme est rétabli avec difficulté à Carcassonne.

    19 août 1792

    La Fayette* se rend aux Autrichiens qui le mettent en prison.

    Les Prussiens, avec Brunswick* à leur tête, pénétrent en France

    20 août 1792

    Les Prussiens, mettent le siège devant Longwy, Kellerman* remplace Luckner* comme commandant de l'armée de l'Est.

    22 août 1792

    La Commune demande une révolution linguistique : "citoyen" remplace désormais "Monsieur"

    En Vendée, huit mille paysans, aux cris de vive le roi, s'emparent de Châtillon-sur-Sèvre. histoire

    23 août 1792

    Longwy capitule. la population n'a pu résister au bombardement

    24 août 1792

    La Commune arrête que "tout homme qui refusera de se faire inscrire ou enrôler dans sa section sera regardé comme un mauvais citoyen et son nom sera affiché".

    25 août 1792

    Suppression sans indemnité de tous les droits féodaux et de toutes les redevances seigneuriales.

    26 août 1792

    Tous ecclésiastiques insermentés ou ayant rétracté leur serment sont tenus de quitter la France dans un délai de quinze jours.

    28 août 1792

    L'Assemblée nationale ordonne des visites domiciliaires dans toutes les communes de France pour connaître la quantité de munitions, d'armes et de véhicules chez chaque particulier.

    Les travaux du camp de Paris commencent.

    30 août 1792

    Verdun, dernière place forte avant Paris, es assiègé par les prissiens. A Paris où sous le choc de la prise de Longwy, la peur grandit, les barrières sont fermées et les suspects arrêtés. le gouvernement pense à quitter Paris.

    Un décret de l'Assemblée nationale sur la proposition de Roland* et des Girondins demande la suppression de la commune du Dix-Août. histoire

    31 août 1792

    L'Assemblée annule son décret de la veille. Incitent à l'Union plutôt qu"a la division.

    1 septembre 1792

    Verdun se rend aux Prussiens. suite à la demande de capitulation de la municipalité, malgré le refus du commandant Beaurepaire qui se suicide

    2 septembre 1792

    Danton* , l'homme de la patrie en danger, déclare, en apprenant que verdun est assiégé :"Messieurs, il nous faut de l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace, et la France est sauvée", deux heures après le tocsin sonne car la Commune a décidé de lever une armée de 60 000 homme, c'est dans ce climant de fièvre que les massacres de prisonniers ont lieu

    Massacres dans les prisons de Paris. histoire

    3 septembre 1792

    L'Assemblée nationale invite les bons citoyens à se rallier à elle "plus que jamais" et à contribuer par tous les moyens au rétablissement de la tranquillité publique. Tous ceux qui ne marcheront pas à l'ennemi sont tenus "de concourir de leur personne aux travaux relatifs aux fortifications de Paris".

    Massacres en série dans les prisons de Parisiennes. histoire

    Massacres de Mme de Lamballe* . histoire

    4 septembre 1792

    Thionville est assiégé par l'armée des émigrés, mais résiste ainsi que Metz. Le conseil exécutif autorise la réquisition de grains pour l'armée

    L'Assemblée jure "la haine éternelle à la royauté".

    Des prostituées égorgées à la Salpêtrière. histoire

    5 septembre 1792

    Fin des massacres dans les prisons parisiennes.

    8 septembre 1792

    L'Assemblée nationale décrète que "les originaux des pétitions dites des 8.000 et des 20.000 et autres semblables" seront brûlés.

    9 septembre 1792

    Massacre des prisonniers d'Orléans qui attendaient le jugement de la Haute Cour et dont le transfert à Versailles avait été décrété par l'Assemblée nationale.

    10 septembre 1792

    Réquisition de tous les objets de culte en métal précieux.

    L'épreuve de force se poursuit entre la Commune et l'Assemblée législative histoire

    12 septembre 1792

    Les familles des émigrés doivent entretenir chacune deux volontaires.

    14 septembre 1792

    Les troupes françaises se retirent sur Châlons-sur-Marne.

    Philippe d'Orléans* change de nom et devient Philippe-Egalité

    16 septembre 1792

    Le garde-meuble de la Couronne est cambriolé.

    Orléans, émeute (discore de Jacques Alexis Thuriot de la Rozière le 27 septembre)

    18 septembre 1792

    Vergniaud* s'en prend à la Commune qui est cassée le lendemain, Pétion* retrouve ses fonction

    19 septembre 1792

    Institution des carte civique délivrées par les section. Le domicile privé du citoyen est déclaré inviolable "d'un soleil à l'autre".

    Ordre de transporter au Louvre les tableaux et autres objets d'art qui se trouvent dans les résidences ci-devant royales.

    Dumouriez* , général en chef, installé à Sainte-Menehould, reçoit les renfort de l'armée de Kerllerman* , arriveé de Metz à marche forcée.

    20 septembre 1792

    La bataille de Valmy. histoire

    La Convention nationale se déclare constituée et élit sont président, Pétion*.

    Convoquée pour donner une nouvelle constitution à la France, la Convention nationale a été nommé par le suffrage universel à deux degrés (assemblée primaire, assemblée électorales). Elle était composée de 749 députés, plus 298 suppléants. Elle comptait parmi ses membres 270 anciens députés dont 8 Constituants et 181 Législateurs. On y rencontrait 29 ci-devant nobles (dont le duc d'Orléans, 8 marquis 9 comtes, i vicomte et 1 baron prussien). Le clergé était représenté par 16 évêques constitutionnels, 29 prêtres ou moines, 10 ministres protestants. 371 députés assistèrent à l'ouverture de la séance, mais pour l'élection du président il n'y eut que 253 voix.

    Le divorce est désormais autorisé histoire

    21 septembre 1792

    Première séance publique de la Convention. Elle déclare à l'unanimité que la royauté est abolie en France. Elle

    Place les personnes et les propriétés sous la sauvegarde de la nation et ordonne que les contributions publiques seront perçues et payées comme par le passé.

    La séance allais être levée quand Collot d'Herbois* déclara qu'il y avait une décision à prendre " que vous ne pouvez pas différer un seul instant sans être infidèles au veux de la nation : c'est l'abolition de la royauté". Le mot république n'a pas été prononcé. Il le sera à la séance du demain.

    22 septembre 1792

    La Convention décrète, sur la nation de Billaud-Varenne*, que tous les acte publics porteront dorénavant la date de l'an premier de la République française. histoire

    Paris à la Concention le discour du minitre de l'interieur Roland discour

    23 septembre 1792

    Les troupes françaises entrent dans la Savoie. histoire

    25 septembre 1792

    La République française est déclarée "une et indivisible". L'exercice des fonctions de représentant du peuple est estimé incompatible avec toute autre fonction. La Haute Cour d'Orléans est supprimée.

    29 septembre 1792

    Les Français occupent le comté de Nice. histoire


    1 octobre 1792

    La Convention crée une commission dit des Vingt-Quatre, chargée d'inventorier et d'examiner les documents recueillis lors de la journée du 10 août.

    L'armée du duc de Brunswick* évacue la Champagne.

    2 octobre 1792

    La Convention transforme le Comité de surveillance crée par l'Assemblée législative (supra à la date du 25 novembre 1791) en Comité de sûreté générale et de surveillance (30 membres au lieu de 21, plus 15 suppléants) et fixe ses attributions. ATTRIBUTIONS

    4 octobre 1792

    Les Français occupent Worms.

    7 octobre 1792

    Les Autrichiens se retirent sur la Belgique.

    9 octobre 1792

    La Convention décrète : "Les émigrés pris les armes à la main seront livrés à l'exécuteur dans les vingt-quatre heures et mis à mort".

    10 octobre 1792

    Exclusion de Brissot* du club des Jacobins; il conseille aux Girondind de ne plus s'y rendre, laisant le champ libre aux Montagnards

    11 octobre 1792

    La convention nomme, à la demande de Cambon* , un comité de constitution, formé de neuf membres, tous Girondins (Sieyès*, condorcet* , l'Anglais naturalisé Thomas Paine* ; Brissot* , Pétion* ; Barère*, Vergniaud* ; Gensonné* ). Seul danton ne l'est pas.

    14 octobre 1792

    Les Prussiens évacuent Verdun.

    15 octobre 1792

    La croix de Saint-Louis est supprimée. histoire

    16 octobre 1792

    Le député de l'Yonne Bourbotte* demande à la Convention que Louis XVI* soit condamné à la peine de mort. DETAIL

    19 octobre 1792

    Les travaux du camp de Paris sont arrêtés.

    21 octobre 1792

    Les troupes françaises entrent à Mayence. histoire

    22 octobre 1792

    Les Prussiens évacuent Longwy.

    L'Assemblé nationale des Allobroges, club et non assemblée élue, demande le rattachement de la Savoie à la France. Nice fait de même.

    23 octobre 1792

    Les Français entrent à Francfort.

    24 octobre 1792

    Ils envahissent la Belgique.

    Emission de quatre cents millions d'assignats*

    25 octobre 1792

    Danton*, qui a essayé de se faire oublier par la Gironde, se fait vertement reprendre au sujet des comptes qu'il n'a toujours pas pu fournir.

    27 octobre 1792

    Dumouriez entre en Belgique : la France envahit à son tour !

    6 novembre 1792

    La bataille de Jemmapes. histoire

    A la Convention, au nom de la commission des Vingt-quatre, le député Valazé donne lecture de son rapport "sur les crimes du ci-devant roi, dont les preuves ont été trouvées dans les papiers recueillis par le comité de surveillance de la commune de Paris"

    7 novembre 1792

    Mailhe* présente au nom du comité de législation de la Convention nationale un rapport sur le jugement de Louis XVI*.

    Les troupes françaises entrent à Mons.

    9 novembre 1792

    Le général Montesquiou* , libérateur de la Savoie, est destitué et mis en accusation pour avoir traité sans autorisation avevec la république de Genève

    13 novembre 1792

    Ouverture des débats sur le procès de Louis XVI*. histoire

    14 novembre 1792

    Les troupes française entrent à Bruxelles. histoire

    18 novembre 1792

    La Convention déclare qu'elle accordera fraternité et secours à tous les peuples qui veulent recouvrer leur liberté.

    Le serrurier Gamain dénonce au ministre de l'Intérieur, Roland*, le secret de l'armoire de fer que Louis XVI* avait fait construire dans un appartement des Tuileries.

    20 novembre 1792

    Informée par Roland* de la découverte, la Convention nomme une commission de douze membres pour inventorier les pièces de l'armoire de fer.

    21 novembre 1792

    Emission de six millions d'assignats*

    22 novembre 1792

    Troubles ruraux en Beauce, puis dans les départements voisins dûs à la taxation des grains.

    27 novembre 1792

    La Convention décrète que la Savoie formera le quatre-vingt-quatrième département, sous le nom de département du Mont-Blanc. histoire

    28 novembre 1792

    Les armées françaises continuent leur conquête de la Belgique en entrant dans Liège

    Emeute à Tours à propos des grains.

    29 novembre 1792

    Le tribunal du 17 août est supprimé. Ses fonctions cesseront le 1er décembre. Les procédures commencées seront transmises aux tribunaux ordinaires.

    30 novembre 1792

    Un décret de la Convention ordonne de dépôt sur le bureau et l'impression de tous les discours relatifs au procès de Louis XVI*.
    Entrée des Français à Anvers

    1 décembre 1792

    La Convention décrète la peine de mort contre ceux qui proposeraient d'établir la royauté en France ou tout autre pouvoir attentatoire à la souveraineté du peuple

    6 décembre 1792

    Bourbotte* propose de décréter la comparution du roi à la barre de la Convention. Celle-ci institue une commission de vingt et un membres chargée de présenter "l'acte énonciatif des crimes dont Louis Capet* est accusé". histoire

    7 décembre 1792

    Mme Roland accusée de complot royaliste

    10 décembre 1792

    Robert Lindet* présente, au nom de la commission des vingt et un, l'acte énonciatif demandé par la Convention.

    11 décembre 1792

    Louis XVI* paraît à la barre de la Convention. acte d'accusation

    12 décembre 1792

    Louis XVI* Nomme ses défenseurs.

    14 décembre 1792

    Emission de trois cents millions d'assignats*

    15 décembre 1792

    Il est prescrit aux généraux de proclamer la souveraineté du peuple dans les pays occupés par l'armée française.

    16 décembre 1792

    La Convention décrète la peine de mort contre quiconque proposerait de rompre l'unité de la République.

    17 décembre 1792

    Sur la demande de Malesherbes* et de Tronchet*, défenseurs de Louis XVI* , la Convention autorise la nomination de l'avocat Raymond de Sèze* comme son troisième conseil. défense

    26 décembre 1792

    Second comparution de Louis XVI* à la barre de la Convention. De Sèze* donne lecture de la plaidoirie achevée par lui pendant la nuit de la veille sous les yeux du roi. place à la défense

    29 décembre 1792

    La Guadeloupe se veut républicaine histoire

    30 décembre 1792

    Une délégation de la diète polonaise vient demander l'aide de la France à la Convention.

    31 décembre 1792

    Marat* dénonce à la Convention les intrigues de Dumouriez* qui, quittant l'armée, vient d'arriver à Paris, "appelé par les chefs de la faction Roland*".


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique