• Rollon, comte de Rouen (911-933)

    Les rois carolingiens ou leurs comtes, ont souvent réussi à vaincre les Vikings dans les rares batailles rangées où ils les ont affrontés. Ils n’ont jamais pu les expulser de leurs bases ni s’opposer aux raids de pillages répétés. Charles le Simple décida donc d’accorder aux Vikings de la Seine la concession d’un commandement et d’un ressort territorial, avec ses revenus, en échange de la paix et de l’aide militaire.

    L’accord aurait été passé en 911 à Saint-Clair-sur-Epte, à la frontière du territoire normand. Il n’est vraiment attesté que par un acte de la chancellerie de Charles le Simple, daté de 918, qui fait brièvement mention de terres concédées aux Normands de la Seine.

    De fait ou de droit, l’accord fait de Rollon le nouveau comte de Rouen, mais impose en retour le baptême du chef viking païen, acte politique autant que religieux. Le territoire concédé à Rollon abrite toujours une population en majorité chrétienne qu'il ne peut pas ignorer. Il se doit de négocier avec leur chef naturel, l’archevêque de Rouen et avec l’ancien représentant du pouvoir royal sur la région, le duc des Francs, marquis de Neustrie et bientôt roi, Robert, qui lui donne son nom de baptême. Le viking Rollon devient le "comte Robert".

    Rollon lui-même et son entourage sont sans doute restés proches de leurs traditions païennes mais le nouveau comte n'en cherche pas moins l’appui de l’Eglise et favorise notamment le retour des reliques à l’abbaye Saint-Ouen, prés de Rouen. Il s’efforce d’imposer le respect du droit et de la paix civile. Sa justice est l’objet de récits édifiants.

    Mais le chef des Normands travaille aussi à agrandir son domaine. En 924 il se fait confirmer la possession du Bessin et de l’Hiémois et dirige ses attaques à l’ouest sur les Bretons du Cotentin et de l’Avranchin. Et c’est toujours en Viking qu’il lance des expéditions vers l’est, dans le comté de Flandre. La côte normande est encore un repaire pour les bandes vikings, notamment celles qui opèrent en Angleterre, et Rouen, un marché pour le produit des pillages.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :