• Les états Plantagenêt

    Gisant de Henri II, Abbaye de Fontevraud

    Henri II accéda au trône d'Angleterre en 1154, mais le royaume ne représentait qu'une partie d'un ensemble qu'on désigne souvent sous le nom "d'Empire angevin" ou "Etat Plantagenêt" et qui comprenait de nombreux domaines en France, dont l'Anjou, la Normandie et les terres tenues dans le sud-ouest du mariage d'Henri II avec Aliénor d'Aquitaine en 1152. C'était l'occasion de frictions continuelles entre le roi de France et Henri, son plus puissant vassal.

    Henri marqua ses contemporains qui, pour la plupart, le détestaient et craignaient autant son habileté que sa colère. Après les troubles du règne d'Etienne, Henri tenait à faire valoir les droits de la couronne tant sur ses barons que sur l'Église. Il s'attacha également à la réforme du système judiciaire.

    Les rapports du roi Henri avec l'Église d'Angleterre s'envenimèrent à la suite du meurtre de Thomas Becket, l'archevêque de Cantorbéry. Becket s'était opposé aux vues du roi sur les droits de l'Église. Cette querelle atteignit son point culminant en 1170 quand Henri fit couronner son fils Henri "le Jeune" par l'archevêque d'York. Dans sa colère Henri II exprima le souhait de se débarrasser définitivement de Becket. Quatre chevaliers le prirent au mot et assassinèrent l'archevêque dans sa cathédrale.

    En 1170, Henri II se préoccupa de voir les barons anglo-normands se constituer en Irlande des domaines échappant à son autorité. Henri décida d'envahir l'Irlande et accepta la soumission des chefs irlandais comme des barons anglo-normands à Dublin en octobre 1171. La voie était ouverte pour une période de colonisation anglo-normande de l'île.

    Henri ne permettait guère à ses fils de s'occuper des affaires de son royaume, ce qui les incita à fomenter une révolte en Normandie en 1173, soutenus par leur mère Aliénor d'Aquitaine et par le roi de France, Louis VII. Le successeur de ce dernier, Philippe Auguste, essaya aussi de semer la discorde entre le père et ses fils ; les choses s'aggravèrent à la mort d'Henri le Jeune en 1183. Le conflit n'avait pas trouvé de solution à la mort d'Henri en 1189, alors que ses fils, Richard et Jean, avaient accordé leur soutien à Philippe Auguste contre leur père.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :