• Coutumes et modes de vie

    Civilisation : Famille et clan

    Un roi est élu lors des things pour un an ("till ars ok fridar" pour [que règne] une année féconde et pour la paix). Ce roi peu être sacrifié s'il y a des famines, la guerre...
    Il y a des jarls qui sont de grands propriétaires terriens et qui paient des guerriers, des combattants et des hommes pour leur services. Ensuite viennent les boendi, ceux qui travaille la terre et puis les autres, les tralls.
    A la base, la famille définit le Viking qui appartient à un clan. Elle inclut les consanguins, les amis proches et les frères jurés, parents adoptifs et pauvres à la charge de la maison.
    Les Vikings avaient des esclaves auprès d'eux.
    À la tête des Vikings, le roi était choisi ou élu par les grands à l'intérieur de quelques familles. Il pouvait être destitué s'il ne donnait pas satisfaction.
    Les marchands enfin étaient liés entre eux par des serments.
    La femme trouve sa place : elle est certes exclue des affaires publiques mais elle est par exemple chargée de défendre l'honneur de son époux. Elle est en outre la maîtresse dans la maison.
    Les pauvres, nombreux, sont confiés aux familles.

    Habitat

    Les Vikings vivent dans des fermes aux bâtiments multiples dont les murs sont en tourbe, dotés d'une pièce principale pour les humains. Il n'y a ni fenêtres ni cheminées mais une fosse à feu, située au centre qui sert à chauffer et éclairer. Les espaces libres sont occupés par des banquettes dont le couvercle se relève et qui contient la literie ; ces banquettes sont recouvertes de peaux et de fourrures. Les tables sont constituées d'une planche articulée sur deux pieds que l'on enfonce dans le sol au moment des repas. Le sol est en terre battue.
    La lampe est un récipient semi sphérique où brûle du suif ou de l'huile de poisson.
    Le métier à tisser est le meuble le plus important.
    Le toit est recouvert de lattes de bois couvertes elles-mêmes de tourbe gazonneuse.
    L'habitat n'est jamais groupé

    Le repas

    Les Vikings confectionnaient à la base de leurs recettes un fond de sauce et accompagnait le plat d'un pain croustillant sur lequel était étalé du beurre. Le plat principal était forcément le poisson séché.
    On mangeait dans des assiettes en bois, des écuelles. On cuisinait dans des chaudrons.
    Les seuls fruits consommés sont les pommes, les noisettes et les noix.
    On buvait de la bière ou de l'hydromel dans des gobelets très évasés.

    Les vêtements

    Le Viking porte un pantalon long et flottant ; sur la tête un bonnet de feutre ou de laine. Les sous-vêtements n'existent pas encore. Il garde sa barbe et une longue chevelure.
    La femme porte une longue robe de laine plissée.

    Les armes

    L'arme favorite des Vikings était la hache qu'ils maniaient avec une grande dextérité ; venait ensuite la longue épée plate à double tranchant, puis la lance, l'arc et les flèches et le couteau en fer à un tranchant. Les objets retrouvés dans les tombes des vikings indiquent que ceux-ci n'utilisaient jamais toutes ces armes à la fois. Pour se protéger au cours d'une bataille, les guerriers revêtaient une cotte de mailles en fer, un casque rond en cuir ou en fer et se protégeaient avec un bouclier en bois. Les sagas racontent que certains Vikings étaient des combattants particulièrement féroces, que l'on appelait berserks et qui se battaient sans armure, "comme des bêtes sauvages". Ils furent sans doute largement responsables du sentiment de terreur qui se répandit en Europe à cette époque.
     

    Vie pratique : sport et écriture

    Le viking est un chasseur qui pratique le ski, le patinage, la lutte, la natation, le tir à l'arc.
    Les runes ou les écrits se gravent avec un objet pointu (stylet, couteau, hachette…) sur un support dur (bois, pierre, cuir métal, os…). La langue est le norois aux consonnances germaniques. La première syllabe des mots est accentuée.

    L'esprit d'aventure

    Les peuples du Nord étaient de grands voyageurs, même sur leur propre territoire. En été, ils se déplaçaient à pied ou à cheval. En hiver, ils utilisaient des raquettes, des traîneaux ou des skis.
    Leur talent de constructeurs de navires et de marins les emmena jusqu'aux limites du monde connu. Au début ils s'aventurèrent à l'est, traversant la Baltique et descendant les fleuves russes. Ces expéditions dangereuses sur des rapides et en territoire hostile semblent pourtant peu de chose en comparaison des dangers du voyage à l'ouest, sur l'Atlantique. Dans leurs bateaux ouverts à l'équipement de navigation rudimentaire, les marins affrontaient les tempêtes, les récifs, les icebergs et toutes les terreurs d'une mer inconnue.

    Vie pratique : une année

    L'année débute avec le mois d'avril, le mois du coucou, des semailles. Il faut aussi couper du bois. En mai, les Vikings s'occupent de leurs moutons, chassent le faucon, pêchent (notamment les cétacés). Mi-juin est le mois du soleil vénéré et du ping, la grande assemblée et des grandes expéditions.
    Le ping est l'assemblée où la loi est lue. Les juges étaient le plus souvent des voisins ou des dignitaires locaux. La peine de mort n'existe que pour des cas très graves (viol, vol et le meurtre d'une victime sans défense, magie ou sorcellerie). On condamne souvent à l'amende ou au bannissement dans les cas plus graves.
    En juillet, viennent les foins. En septembre, on commence à enterrer la viande pour la surgeler en prévision de l'hiver.
    Le Viking chasse à l'arc et à l'épieu. La pêche se poursuit pendant les mois d'hiver en forant un trou dans la glace. Ils fabriquent également des serrures et des clefs ; se livrent à des joutes d'énigmes pour passer le temps.
    Cette longue période est rythmée par les fêtes (celle du solstice d'hiver durant laquelle un grand sacrifice est pratiqué).

    Habitat

    Les Vikings vivent dans des fermes aux bâtiments multiples dont les murs sont en tourbe, dotés d'une pièce principale pour les humains. Il n'y a ni fenêtres ni cheminées mais une fosse à feu, située au centre qui sert à chauffer et éclairer. Les espaces libres sont occupés par des banquettes dont le couvercle se relève et qui contient la literie ; ces banquettes sont recouvertes de peaux et de fourrures. Les tables sont constituées d'une planche articulée sur deux pieds que l'on enfonce dans le sol au moment des repas. Le sol est en terre battue.
    La lampe est un récipient semi sphérique où brûle du suif ou de l'huile de poisson.
    Le métier à tisser est le meuble le plus important.
    Le toit est recouvert de lattes de bois couvertes elles-mêmes de tourbe gazonneuse.
    L'habitat n'est jamais groupé.

    La femme et l'enfant

    La femme accouche en position accroupie ou à genoux ; l'enfant à sa naissance est aspergé d'eau ce qui peut toutefois nous rappeler le baptême. Le père peut le rejeter et le laisser aux bêtes sauvages. Dans le cas contraire, il doit lui donner un nom.
    L'enfant est très vite considéré comme un adulte (dès l'âge de 14 ans) ; il est élevé de manière correcte (les archéologues ont retrouvé par exemple des jouets). Un cadeau est donné lors de la première dent.
    L'enfant doit aussi se livrer aux sports : équitation et jeu des armes pour les garçons.
    Les enfants illégitimes entrent dans la famille par une cérémonie étrange : le père doit abattre un bœuf puis fabriquer une chaussure avec le cuir de la patte droite de la bête ; cette chaussure est ensuite essayée par chaque membre de la famille.


    Le Mariage

    Le mariage est le plus important dans la vie sociale des vikings, où les liens du sang l’emportent sur tous les autres. De plus, la femme, très considérée, apporte à son époux et au clan de celui-ci la force, les relations et les biens. la décision est prise par les parents des jeunes gens.
    Le candidat doit faire preuve de sa décision par des cadeaux qui constituent une sorte d’achat de sa future épouse. Le niveau de fortune doit être à peu prés le même de part et d’autre, pour éviter l’affaiblissement de l’un des clans. La cérémonie des noces est très simple : l’union est consacrée à l’aide d’un marteau, attribut rituel du dieu thor, en présence des membres des deux clan.
    Le mariage est une étape cruciale de l'existence ; les trois jours, banquet nuptial ponctué de déclamation de poèmes ou de récits, de chants et danses sont la tradition. L'hydromel coule a flot.
    Le divorce existe mais il est très rare. De plus, l'homme ne peut divorcer et seule la femme en à le droit.
    La jeune épouse part habiter dans la famille de son mari. Mais elle conserve son nom et son appartenance au clan paternel. Maîtresse de la maison, elle garde à sa ceinture les clefs de la demeure et du coffre aux trésors. On attend d’elle un intérieur bien tenu, et des enfant nombreux et vigoureux.

    Divorce & Concubinage

    Le concubinage est tout à fait admis : le roi Harald « aux beaux cheveux » eut jusqu’à neuf femmes
    Pour le divorce seule la femme prend la décision, elle conserve alors sa fortune et ses biens. De même en cas de veuvages. De ce fait, il n’est pas rare qu’elle se remarie à l’intérieur de la famille, avec son beau-frère, par exemple, "afin que ne sorte pas du clan une femme si excellente".

    La mort

    Et puisque nous avons abordé le thème de la naissance, voici non moins important celui de la mort.
    S'il ne mourrait pas au combat, on raconte que les vieux vikings, à l'approche de la mort, quittaient la communauté pour s'isoler.
    Les guerriers morts sur le champs de bataille étaient en revanche glorifiés, et les plus riches d'entre eux étaient soit déposés sur leur bateaux avec tous leurs biens (animaux, armes et... esclave souvent consentante) ; soit enterré avec ces mêmes biens avec leur bateau (ce qui explique les trouvailles de Gokstad et Oceberg dont vous pourrez lire les détails dans la page consacrée aux NAVIRES.
    Enfin, les vikings de naissance plus modeste étaient enterrés sous un tumulus sur lequel pouvait être érigé une pierre.

    Je fais une simple parenthèse pour en revenir à l'image du bateau-bûcher :
    Le carnet de bord de l'arabe Ibn Fadlân (dignitaire montré héroïquement dans le film "Le 13ème Guerrier") raconte avec beaucoup de détails l'un de ces événements auquel il eut le privilège de participer, même s'il semblait en éprouver un certain écoeurement. Une jeune femme était appelée à "suivre" le guerrier mort dans l'au-delà et une volontaire était choisi. Sur le bateau, à quelques mètres du défunt, les amis de celui-ci pouvait lui rendre hommage en prenant sexuellement la jeune femme. Ensuite, une vieille femme, appelée l'Ange de la Mort, enserrait un collier de cuir autour de son cou avant de tirer tout en plongeant la lame d'un couteau dans le corps de celle-ci.
    Morte, c'est ainsi qu'elle accompagnait le défunt. Et, cette scène eut réellement lieu en l'an 921 ou 922.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :