• Boixel (Pierre)

    Le 14 mars 1944, pendant l'occupation allemande, au carrefour dit des "Quatre-routes" situé sur la commune de Condé-sur-Sarthe, deux jeunes hommes sont mitraillés par erreur par des soldats allemands. Il s'agit de Pierre Boixel et de Pierre Chaplain, âgés respectivement de 17 et 29 ans.

    Tous deux étaient des employés de la famille Fould, propriétaire du château de Verveine alors occupé par l'armée allemande. Pierre Boixel était apprenti cuisinier. Ses parents, bien connus des Alençonnais, tenaient à cette époque l'hôtel du Grand-Saint-Michel.

    Ce jour là, les deux jeunes gens, comme tous les soirs, revenaient du travail à vélo lorsqu'il furent interpellés par la patrouille chargée de la protection du château. Ils connaissaient bien cette patrouille qu'ils étaient amenés à côtoyer quotidiennement et ils leur arrivaient même de plaisanter avec les soldats. Malheureusement, ce soir-là, les soldats avaient été remplacés et la patrouille avait reçu l'ordre de tirer sur un homme identifié comme faisant partie de la Résistance, portant des vêtements clairs et qui était descendu du train quelques heures auparavant, en gare d'Alençon. La patrouille ouvrit le feu sur les deux jeunes. Pierre Chaplain fut tué sur le coup et Pierre Boixel, vêtu d'un imperméable clair, fut très grièvement blessé. La patrouille allemande, convaincue d'avoir abattu le résistant recherché, chargea le corps de Pierre Boixel, sur un side-car et défila dans les rues d'Alençon pour bien montrer aux Alençonnais le sort réservé aux résistants. Après plusieurs heures de ce défilé macabre, le pilote du side-car s'aperçut que le corps du malheureux Pierre Boixel présentait des signes de vie et qu'il gémissait faiblement ; il fut alors décidé de l'emmener à la clinique Saint-Joseph où il décéda au matin du 15 mars.

    Le jour de ses obsèques, une manifestation contre les Allemands eut lieu en présence d'une foule importante venue d'Alençon et des environs. Le cercueil arrivait au cimetière Notre-Dame alors que les dernières personnes ayant assisté à la messe sortaient de l'église.

    Quelques jours plus tard, le milicien qui avait dénoncé le résistant aux vêtements clairs fut abattu dans la côte d'Hesloup.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :