• L'affirmation du pouvoir ducal

    Le déchaînement des rebellions et des guerres privées est combattu dans tout le royaume par un mouvement de réforme ecclésiastique qui prône la Trêve de Dieu. Guillaume prend le contrôle de cette initiative pour la Normandie et l’impose dans un concile de paix tenu à Caen au lendemain de sa victoire du Val-ès-Dunes (1047).

    Pour asseoir son autorité il faut aussi au jeune duc assurer sa descendance. Guillaume projette un mariage qui lui permettra de conclure une alliance avec un ancien ennemi du duché, le comte de Flandre. Mais Mathilde, fille du comte Baudouin, descend à la cinquième génération d’une fille de Rollon. Pour l'Église le mariage est consanguin.

    Au concile de Reims, réuni en 1049, le Pape Léon IX a quelques raisons d'être hostile à Guillaume qui, au mépris de ses prérogatives a donné à son demi-frère, Odon, l'évêché de Bayeux. De plus Léon IX est l'ennemi déclaré des Normands qui le harcèlent dans ses états d'Italie. Il s’oppose au mariage de Guillaume qui aura cependant lieu à Eu vers 1050.

    Cette politique familiale inquiète les Richardides. Certains entrent en dissidence ouverte. Mais Guillaume réagit avec fermeté. Guillaume Werlanc, comte de Mortain, est arrêté et exilé. Guillaume Busac comte d’Eu et Guillaume d’Arques assiégés et vaincus dans leurs châteaux, sont également contraints à l’exil (1050-1054). Tous étaient descendants, légitimes ou illégitimes, de Richard I et de Richard II, en mesure de contester à Guillaume son héritage. De même Mauger, archevêque de Rouen, est déposé pour indignité au profit de Maurille, prélat réformateur (1055).

    Cette dernière action était aussi un gage d’adhésion aux principes défendus par le pape pour adoucir sa position sur le mariage de Guillaume. Nicolas II (1058-1061) lève l’interdit vers 1059 à une date qui correspond aussi à un retournement d’alliance des Normands d’Italie en sa faveur.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :