• Préhistoire et Antiquité

    Carte des peuples gaulois
    La Normandie avant la conquête romaine [modifier]

    La présence humaine dans la région est attestée dès les temps préhistoriques par de nombreuses trouvailles d’industrie lithique surtout dans l’Eure et le Calvados, mais également en Seine-Maritime. La grotte de Gouy près de Rouen, qui possède des gravures pariétales, est la grotte ornée la plus septentrionale d’Europe (une autre grotte, la grotte d'Orival[2] très peu étudiée, se trouve à 11 km de Gouy sur la rive gauche de la Seine). De nombreux mégalithes encore visibles parsèment d’une façon assez régulière la campagne normande.

    Carte des peuples gaulois

    L’histoire celtique de la Normandie est plus simple à établir, grâce à des sources archéologiques assez abondantes et datées de façon certaine. Dès le XIXe siècle, des érudits locaux, comme l’<a-redirect href="/wiki/Jean_Cochet" title="Jean Cochet"></a-redirect><a-redirect></a-redirect>abbé Cochet[3] et Léon Coutil, ont étudié l’archéologie principalement de la Haute-Normandie et consigné leurs découvertes et fouilles dans des ouvrages de référence. La découverte d’objets marquants comme le casque gaulois doré d’Amfreville-sous-les-Monts (IVe siècle av. J.-C.) ou celui en fer du musée de Louviers, des sites comme la grande nécropole de Pîtres[4] (Eure), avec ses urnes à incinérations, ses épées enroulées et traces de tombe à char, ou de la nécropole datant de la fin de la <a-redirect href="/wiki/P%C3%A9riode_de_Hallstatt" title="Période de Hallstatt"></a-redirect><a-redirect></a-redirect>période de Hallstatt ou du début de celle de la Tène à Ifs dans le Calvados, témoignent de la présence gauloise en Normandie.

    Le peuple celte des Belges s’installe en Normandie par vagues successives entre le VIe siècle av. J.-C. et le IIIe siècle av. J.-C.. C’est le témoignage de Jules César (La Guerre des Gaules) qui nous permet d’identifier les différents groupes gaulois occupant la région et groupés dans les oppida ou des villages agraires à enclos. En 56 ou 57 avant J.-C., ces populations se groupent pour résister à l’invasion des légions césariennes. Après la défaite gauloise d’Alésia, les peuples de Normandie continuent la lutte pour un temps restreint et en 51 av. J.-C., toute la Gaule est soumise à Rome.[5]

    Liste des peuples gaulois et de leur chef-lieu établis dans l’actuel territoire de la Normandie :

    • Abrincates (Ingena, aujourd’hui Avranches),
    • Aulerques Diablintes (Noviodunum, aujourd’hui Jublains),
    • Aulerques Éburovices (Mediolanum, aujourd’hui Évreux),
    • Bajocasses (Augustodurum, aujourd’hui Bayeux),
    • Calètes (Juliobona, aujourd’hui Lillebonne),
    • Lexoviens (Noviomagus, aujourd’hui Lisieux),
    • Unelles (Cosedia, aujourd’hui Coutances),
    • Véliocasses (Rotomagus, aujourd’hui Rouen),
    • Viducasses (Aregenuae, aujourd’hui Vieux).[6]

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :