• coffre

    Coffre

    Au Japon deux jeunes filles furent enfermées jusqu'à la mort dans un coffre hérissé de pointes de fer; l'une pour avoir eu quelque intrigue de galanterie, l'autre pour ne l'avoir pas révélé. Le roi de Maroc Mouley Ismaêl, qui exerçait d'épouvantables cruautés contre ses femmes, leur faisait quelquefois placer la gorge sur le bord d'un coffre ouvert dont par son ordre deux eunuques faisaient retomber le couvercle avec violence.

    - Congrès

    Servait à vérifier la virilité de monsieur ! Presque toujours, il perdait son procès ce qui faisait dire à Boileau : Jamais la biche en rut n'a pour fait d'impuissance Traîné du fond des bois un cerf à l'audience Et jamais juge entre eux ordonnant le congrès De ce burlesque mot n'a sali ses arrêts. Un mari fut condamné à se séparer de sa femme comme coupable d'impuissance et condamné pour avoir fait un enfant à sa servante. Enfin cette révoltante épreuve fut bannie des tribunaux le 18 février 1667, elle fut abolie par un arrêt du parlement sur le plaidoyer du président de Lamoignon alors avocat général.

     - Corps allumé

    Sefi II schah de Perse qui prit le nom de Soliman était souvent ivre et dans son ivresse il se livrait à des cruautés inouïes. Il paraît que son naturel sanguinaire s'était annoncé bien avant qu'il commençât à s'adonner à l'ivrognerie. Au commencement de son règne, il avait par un singulier caprice, ordonné qu'une de ses favorites, qu'il avait beaucoup aimée jusqu'à ce moment, fût mariée sur le champ à quelqu'homme vil et de la lie du peuple. Le premier qu'on rencontra était le fils d'un blanchisseur de la cour. Le mariage se fit selon l'usage sans se voir. L'ancienne favorite trouva ce jeune homme à sa convenance et ils vécurent très bien ensemble. Le père du nouveau marié étant venu à mourir, celui-ci demanda l'office de son père. Le schah le fit venir et lui dit : Lorsque tu épousas, par mon ordre, cette belle fille quelle fête fis-tu en réjouissance ? 0 puissant prince, répondit-il, je suis un pauvre homme; je n'eus pas le moyen de faire une illumination. Quoi! dit le schah, ce chien ne fit point d'illumination à une si grande fortune ! Qu'on fasse illumination de son corps. On étendit ce malheureux, sur une planche, couché sur le dos et on l'y attacha, on lui fit, dans les chairs, des trous sans nombre à mettre le petit doigt avec une pointe de poignard; on les remplit d'huile, on plaça une petite mèche au milieu, on les alluma toutes à la fois et l'infortuné expira au milieu des plus horribles tourments.

     - Côte percée

    Chez les Romains, comme chez les Hébreux, le supplice de la croix était terminé par un coup de lance dans le côté. Jésus Christ expira après avoir en le côté percé.

     - Cyphonisme

    Il consistait à être frotté de miel et exposé au soleil à la piqûre des mouches et des guêpes. Cela se faisait de trois manières ou l'on attachait simplement le patient à un poteau ou on le suspendait en l'air dans un panier, ou on l'étendait à terre les mains liées derrière le dos. La dénomination de ce supplice vient d'un mot grec qui signifie poteau ou épieu auquel on attachait le patient ou le carcan qu'on lui mettait au cou, ou un instrument dont on se servait pour le tourmenter.
    Pratiqué par Erzsébet Báthory, la sanglante comtesse, sur quelques servantes. On enduit le corps de lait, de miel & de sucre, les guêpes, les mouches, les fourmis & autres vermines venaient se nourrir ; en mangeant ainsi une partie du condamné.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :